OGM le grand danger, SuperLuss protège nous!

Communiqués de presse - octobre 17, 2008
Ce matin, en marge du Conseil de gouvernement, des miitants de Greenpeace Luxembourg ont remis au ministre de l’Environnement, Monsieur Lucien Lux, 26 boîtes d’un médicament anti-OGM du nom d��«AntiBiotech» et ont demandé au Ministre de les transmettre lundi prochain à ses collègues européens lors du Conseil européen des ministres de l’Environnement où seront prises des décisions de principe sur la future politique de l’UE en matière d’OGM. Greenpeace demande à Lucien Lux de convaincre ses collègues européens d’une politique anti-OGM stricte au niveau de l’UE.Regarder la vidéo

Les "docteurs" de Greenpeace se préparent pour remettre au ministre de l’Environnement, Monsieur Lucien Lux, 26 boîtes d’un "médicament" anti-OGM.

En fait «AntiBiotech» est un médicament symbolique sensé immuniser les décideurs politiques contre l'influence des lobbies pro OGM. Les boîtes contiennent du chocolat au miel, bio et «fair-trade». C'est tout un symbole: Avec l'arrivée des OGM un tel produit de qualité n'existera plus. Les OGM  sont synonymes de contaminations des milieux naturels et des populations d'abeilles. Ils mettent en péril l'agriculture biologique et conventionnelle travaillant sans OGM et ils sont responsables de déséquilibres sociaux dramatiques dans les pays du Sud.  

La procédure d'évaluation et d'autorisation des OGM actuellement en vigueur au niveau européen présente des déficits importants. L'EFSA (autorité de sécurité alimentaire européenne), la seule instance à donner son avis dans la procédure d'évaluation et d'autorisation d'un OGM au sein de l'UE, n'est pas en mesure de formuler un avis conforme à la législation européenne qui prévoit que des effets sur le long terme, ainsi que les effets socio-économiques des OGM soient pris en compte. Ainsi, les effets des OGM à long terme sur la biodiversité et la santé humaine, des avis scientifiques indépendants et les arguments de certains Etats membres ne sont actuellement pas pris en compte par L'EFSA. Encore récemment l'EFSA a reconnu elle-même son incapacité à évaluer les risques des OGM. «Greenpeace Luxembourg demande au ministre de l'Environnement Luxembourgeois de s'engager pour que toute nouvelle autorisation relative à un OGM soit suspendue jusqu'à ce que l'EFSA respecte le droit européen et soit en mesure d'évaluer les effets long terme des OGM. De plus les Etats membres et les autorités locales devraient avoir le droit de créer des zones sans OGM, surtout si des espèces ou des espaces naturels locaux, des pratiques agricoles ou des structures socio-économiques sont concernées ou menacées au niveau local, régional ou national», déclare Maurice Losch, chargé de campagne OGM de Greenpeace Luxembourg.

Par ailleurs, au sujet de la mise en place d'un taux de contamination par les OGM toléré dans les semences, Greenpeace recommande la plus grande précaution. Même l'autorisation d'une contamination minimale des semences engendrerait une contamination incontrôlable de nos champs. «Greenpeace Luxembourg demande à Lucien Lux de convaincre ses collègues européens qu'une politique de la tolérance zéro, donc de zéro contamination des semences, est absolument nécessaire pour protéger l'agriculture biologique et conventionnelle travaillant sans OGM au Luxembourg et en Europe», conclut Maurice Losch.

Other contacts:

Maurice Losch, Chargé de campagne OGM: , tel.: 621 215 024