Pays-Bas, Belgique, Luxembourg: du lait pas si naturel que ça dans nos verres!

Communiqués de presse - juin 14, 2005
Ce matin vers 7h00, des militants de Greenpeace ont condamné avec des ballots de paille l'entrée des bureaux du site de production belge de l'entreprise néerlandaise Campina. Campina, entreprise majeure européenne du secteur laitier commercialise dans les pays du Bénélux des produits sous les marques Campina, Joyvalle et Landliebe. Des banderoles insistant sur la nécessité d'une alimentation animale sans OGM ont été déployées. L'une d'entre elles représente une vache aux trayons noués parce que nourrie aux OGM. Nature et respect de l'environnement figurent au cœur de l'argumentation publicitaire de Campina or en utilisant des OGM dans l'alimentation des animaux desquels sont tirés ses produits, c'est exactement le contraire qui a lieu. Envoyez une lettre de protestation à Campina!

Action de Greenpeace chez Campina pour convaincre la firme de ne plus utiliser des OGM dans le fourrage pour animaux d'élevage.

La culture de ces OGM provoque en effet de véritables ravages dans les pays producteurs. Greenpeace n'accepte donc pas que Campina prétende de ses produits qu'ils soient "naturels et (…) équilibrés" (1). Greenpeace vient de publier un rapport (2) démontrant que le secteur laitier peut parfaitement se passer de soja transgénique et qu'il est écologiquement et financièrement préférable de se tourner vers les fourrages constitués de protéines cultivées localement comme le trèfle.

"Ces dernières années, des millions d'hectares ont été déboisés en Argentine pour faire place à des champs monotones de soja destinés au marché de l'exportation. La production n'a jamais été aussi importante que maintenant mais la population ne touche pas les dividendes de cette expansion. En cultivant des OGM, l'Argentine a fragilisé son agriculture et son économie. Si rien ne vient inverser cette tendance, le pays se dirige vers une catastrophe sociale et économique grave", avertit Karen Janssens de la campagne OGM de Greenpeace Belgique. "Le même phénomène risque d'ailleurs aussi de se produire au Brésil qui est également un important producteur de soja." (3)

L'Europe - qui a refusé, par la voix de ses consommateurs, les OGM dans l'alimentation humaine - continue par des importations massives de soja à stimuler, dans l'indifférence générale, cette monoculture destructrice et tout sauf durable. 20 millions de tonnes de plantes transgéniques sont ainsi importées chaque année en Europe pour nourrir nos animaux d'élevage.

"Le secteur laitier européen est le seul secteur qui n'a jusqu'ici pas levé le petit doigt pour répondre au souhait des consommateurs de ne pas voir les OGM pénétrer dans la chaîne alimentaire même par la voie détournée de l'alimentation animale. Vu son poids en Europe, Campina peut jouer sur ce plan un rôle déterminant et se mettre en conformité avec l'image que l'entreprise veut donner d'elle-même", continue Anne Thomas de Greenpeace Luxembourg.

Greenpeace demande donc à Campina d'éliminer les organismes génétiquement modifiés de l'alimentation du bétail laitier de ses fournisseurs. A long terme, pour répondre aux exigences que Campina affiche en matière d'environnement, il faut que l'entreprise envisage de s'éloigner des modes de production actuels et se tourne vers des protéines cultivées localement.

"Il est absurde, poursuit Anne Thomas, d'importer des protéines produites à l'autre bout du monde au détriment de l'environnement et du bien être social d'une population et ce uniquement afin de nourrir notre bétail."

Other contacts:

Anne Thomas (sur place sur le lieu de l´action à Aalter, Belgique), campagne OGM, Greenpeace Luxembourg, 00 352 021 19 46 21
Karen Janssens, campagne OGM, Greenpeace Belgique, 00 32 498/267.683
Elysabeth Loos, service de presse, Greenpeace Belgique, 00 32 496/161.589

Notes:

1) Extraits du site de Campina:
"Le respect pour un environnement précieux Campina Belgique est conscient que ses activités chargent l'environnement et ceci demande une attention particulière de la direction et de chaque collaborateur. Un développement à long terme doit pouvoir se marier avec le respect pour un environnement précieux. L'entreprise Campina désire y participer par un contrôle et une réduction de la charge sur l'environnement. C'est ainsi que Campina pourra satisfaire aux désirs et exigences de plus en plus sévères des clients ainsi que les exigences de l'environnement."

2) Le rapport 'Lait respectueux de l'environnement' est disponible ici: http://www.greenpeace.org/belgium/fr/press/reports/Dossier-presse-campina

3) Une étude d'impact environnemental a été menée en Argentine par le conseiller en économie agricole Charles Benbrook. Publiée en janvier 2005, son résumé est disponible ici:
http://www.greenpeace.org/luxembourg/frigo/documentation/le-soja-transgenique-en-argent
La version intégrale (en anglais) peut être téléchargée ici:
http://www.greenpeace.org/raw/content/international/press/reports/rust-resistence-run-down-soi.pdf

4) Les produits issus d'animaux nourris aux OGM (p.ex. le lait, le yaourt, le fromage) ne tombent pas sous le coup des dernières règles européennes entrées en vigueur en avril 2004 qui imposent l'étiquetage des aliments transgéniques. Greenpeace a initié une pétition en faveur de l'étiquetage des produits issus d´animaux nourris aux OGM. Greenpeace fait actuellement circuler cette pétition dans toute l'Europe. Elle sera présentée à la Commission Européenne au printemps 2006. Depuis le mois de mai, 5.300 signatures ont déjà été récoltés au Luxembourg. La pétition est téléchargeable ici: http://www.greenpeace.org/luxembourg/frigo/se-mobiliser/la-petition