Pomme de terre transgénique: des risques sérieux pour la santé

Communiqués de presse - juin 12, 2009
L’autorité en charge de la sécurité alimentaire en Europe (l’EFSA) a rendu un avis favorable sur l’autorisation de la pomme de terre transgénique de BASF qui entrainera des résistances à des antibiotics. Mais, pour la première fois certains des scientifiques de l’EFSA ont émis des réserves sur l’inocuité de la pomme de terre transgénique de BASF. Greenpeace demande au Gouvernement du Luxembourg d’intervenir au niveau européen afin que la pomme de terre OGM de BASF ne soit pas autorisée en Europe.

«Deux des principaux scientifiques chargés par l'EFSA d'aviser la pomme de terre transgénique ont mis en garde contre les effets négatifs de celle-ci sur la santé humaine et l'environnement. Greenpeace salue que des scientifiques de l'EFSA prennent enfin au sérieux les dangers inhérents aux OGM. Ce nouvel avis de l'EFSA prouve qu'une évaluation approfondie des risques liés aux OGM est indispensable et que toute autorisation d'OGM est irresponsable!» déclare Maurice Losch, chargé de campagne OGM chez Greenpeace Luxembourg.

La pomme de terre OGM de BASF a été développé il y a 13 ans en utilisant des pratiques parmi les plus primitives de la modification génétique [1]. Dans le passé, l'EFSA avait déjà donné un avis positif relative à l'autorisation de la pomme de terre de BASF. Elle a finalement été forcée par la Commission européenne à réexaminer les risques liés aux gènes marqueurs utilisés dans le cas de la pomme de terre BASF et qui mènent à une résistance aux antibiotics. L'EFSA n'était pas en mesure de répondre aux problèmes juridiques et sanitaires posés [2]. Une directive européenne de 2001 demande de ne plus autoriser, à partir de 2004, des OGM qui entrainent des résistances à des antibiotics importants pour la santé humaine et animale. Or, selon l'Organisation Mondiale pour la Santé (la WHO) les antibiotiques utilisés dans le cas de la pomme de terre BASF sont vitals pour traiter des maladies et épidémies importantes, notamment la tuberculose [3].

Luxembourg sans OGM: Demande d'entrevue auprès du Formateur

Les 28 organisations de l'Initiative «Luxembourg sans OGM», dont fait partie Greenpeace, demandent que le prochain gouvernement luxembourgeois refuse les OGM au niveau national et européen et ont demandé une entrevue à ce sujet auprès de Monsieur Jean-Claude Juncker, Formateur du gouvernement 2009-2014. «L'autorisation d'un OGM doit prioritairement tenir compte des conséquences sur l'environnement et la santé. Greenpeace demande au CSV et LSAP qui engagent les négociations gouvernementales la semaine prochaine, d'inclure les revendications de la Charte 'Luxembourg et Grande Région sans OGM' dans le prochain programme gouvernemental», revendique Maurice Losch de Greenpeace Luxembourg.

Other contacts:

Maurice Losch, Chargé de Campagne OGM, Greenpeace Luxembourg
Tel.: 621 215 024, Email:

Notes:

[1] The BASF GM potato contains an antibiotic resistance marker gene (ARMG) known as nptII, which conveys resistance to antibiotics. ARMGs are a by-product of an early biotech technology designed to help in the identification of successfully genetically modified products.
[2] For a detailed analysis of problems linked to the BASF GM potato and for a detailed chronology, see: www.greenpeace.org/eu-unit/press-centre/press-releases2/pr-basf-gm-potato-council-vote.
[3] World Health Organisation, Critically Important Antibacterial Agents for Human Medicine for Risk Management Strategies of Non-Human Use. Report of a WHO working group consultation, 15-18 February 2005, Canberra, Australia (www.who.int/foodborne_disease/resistance/amr_feb2005.pdf). Also see: EMEA - Committee for medicinal products for veterinary use and Committee for medicinal products for human use, Presence of the antibiotic resistance marker gene nptII in GM plants for food and feed uses. EMEA/CVMP/56937/2007. 22 February 2007 (www.emea.europa.eu/pdfs/human/opiniongen/5693707en.pdf).