SOTEL: Greenpeace arrête la construction illégale de la ligne haute tension

Il faut protéger les zones spéciales de conservation!

Communiqués de presse - mai 10, 2010
Ce matin, des militants de Greenpeace ont de nouveau empêché la poursuite des travaux de construction de la ligne à haute tension dans une «zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000» entre Differdange et Belvaux. Ce chantier est tout simplement illégal. Les militants se sont placés devant les engins et dans la tranchée et ont arrêté les travaux que viennent de commencer la société Sotel au cœur d’une zone classée. Sotel, le principal fournisseur d’électricité des filiales luxembourgeoises du Groupe Arcelor-Mittal, envisage de traverser deux zones de protection classées Natura 2000, à savoir la zone spéciale de conservation LU0001028 (1) et la zone de protection spéciale LU0002008 (2). Les militants de Greenpeace ont également posé des bannières avec les slogans «Zone spéciale de conservation – Non à la ligne haute tension» et «Ligne haute tension – construction illégale!»

Des militants de Greenpeace empêchent la poursuite des travaux de construction de la ligne à haute tension dans une «zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000» entre Differdange et Belvaux.

Greenpeace s'oppose à l'autorisation ministérielle qui a été délivrée  pour la construction de la ligne haute tension car les conditions  prévues par la loi en vue d'une protection adéquate des zones classées n'ont pas été  respectées. Greenpeace avait introduit un recours contre l'autorisation ministérielle, mais en première instance le tribunal administratif avait déclaré le recours comme irrecevable pour défaut d'intérêt à agir. Greenpeace a introduit un appel contre cette ordonnance.

"Il s´agit d´une pseudo-autorisation, qui est fortement contestable, avec laquelle Sotel vient de commencer à construire cette ligne dans une zone naturelle. La stratégie de commencer à construire pour mettre tout le monde devant des faits accomplis ne va pas fonctionner", a déclaré Roger Spautz de Greenpeace Luxembourg.

De plus, Greenpeace doute que le projet de la ligne haute tension soit en accord avec le plan d'aménagement général (PAG) des communes de Sanem et Differdange. Le PAG de la commune de Sanem prévoit que «pour des raisons de prévention sanitaire, entre le centre du tracé des lignes de haute tension et des constructions, les distances suivantes sont à observer: - 50,00 mètres pour les lignes à haute tension de 100 kV ou plus». D'après l'étude d'impact certaines habitations à Belvaux et à Rédange se trouvent à une distance comprise entre 5 et 30 mètres du tracé de la ligne haute tension, la construction de la ligne serait donc illégale. Par ailleurs, l'étude d'impact n'exclut pas définitivement des risques sanitaires pour les habitants des maisons en question et recommande que des mesures des champs magnétiques soient réalisées après la mise en service de cette ligne haute tension. A Belvaux, les riverains concernés se sont également exprimés contre cette ligne haute tension et ils ont lancé un appel au bourgmestre, lui demandant d'appliquer la réglementation communale et de faire déplacer le tracé.

D'après les informations de Greenpeace, le bourgmestre de Differdange, n'a délivré aucune autorisation de construire pour les travaux en cours. Or, le PAG de cette commune stipule que les travaux de remblai et de déblai et les installations de dépôt ou stockage, ce qui est manifestement le cas du chantier de Sotel, sont soumis à une autorisation de construire et que: «Toute construction non couverte par une autorisation est interdite et le bourgmestre pourra procéder à la fermeture du chantier».

Fin février Greenpeace avait déjà arrêté des travaux de déboisement  dans ces zones de protection très sensible. Sotel avait commencé à détruire la forêt classée à l'endroit où elle  envisage de creuser la tranchée dans laquelle sera posée la ligne  haute tension souterraine. Greenpeace avait constaté que les travaux de déboisement avaient dépassés les limites fixées par l'autorisation ministérielle et avait posé plainte contre Sotel. Un mois après des militants de Greenpeace ont planté près de 300 arbres et buissons pour protester contre la construction de la ligne haute tension.

Après notre action ce matin, la police, appelée par Greenpeace, est arrivée vers 11 heures sur place. Elle confirmait qu'aucune autorisation de la commune Differdange n'a été délivrée. Les travaux de  construction de la ligne haute tension sont donc illégaux, comme Greenpeace l'avait affirmé. Cet après-midi, Greenpeace a porté plainte contre Sotel et la société de construction. Les militants de Greenpeace restent sur place jusqu'à la fin de la journée pour continuer à protéger les zones spéciales de conservation.

Other contacts:

Roger Spautz, tel: 621233361

Notes:

(1) La zone Differdange Est - Prënzebierg / Anciennes mines et carrières a été classée comme zone spéciale de conservation comme il s’agit d’un site d'importance communautaire où sont appliqués les mesures de conservation nécessaires au maintien ou rétablissement, dans un état de conservation favorable, des habitas naturels et/ou des populations des espèces pour lesquels le site est désigné.

(2) Zone "Oiseaux" Minière de la région de Differdange - Giele Botter, Tillebierg, Rollesbierg, Ronnebierg, Metzerbierg et Galgebierg" (LU0002008). La directive «oiseaux» concerne principalement la conservation à long terme de toutes les espèces d’oiseaux sauvages dans l’Union européenne. Elle répertorie 181 espèces et sous-espèces menacées qui nécessitent une attention particulière. Les États membres sont chargés de désigner des zones de protection spéciale, tout particulièrement pour la conservation des oiseaux migrateurs, qui représentent une richesse naturelle commune à tous les Européens.