Tour d’Europe pour un avenir sans OGM: Grand départ à Luxembourg-Ville, capitale européenne sans OGM

Pour un moratoire européen sur toutes nouvelles autorisations d’OGM

Communiqués de presse - mars 26, 2010
Aujourd’hui, à Luxembourg-Ville, capitale européenne sans OGM, Greenpeace a lancé, en présence des Ministres de la Santé, du Développement durable et de l’Agriculture, le «Tour d’Europe pour un avenir sans OGM». Le 2 mars dernier, pour la première fois depuis 12 ans, la Commission européenne avait autorisé la culture d'une plante génétiquement modifiée - la pomme de terre OGM - dans l'Union Européenne. Cette décision pose des risques inacceptables pour la santé et l'environnement, d’autant plus que le système actuel d'évaluation des OGM n’est pas à la hauteur de la mission qu’il devrait remplir. Encouragez le Gouvernement du Luxembourg à amplifier ses efforts au niveau européen et à s’engager pour un moratoire européen sur toutes nouvelles autorisations d’OGM!

En présence des Ministres de la Santé (M. Mars di Bartolomeo, milieu), du Développement durable (M. Marco Schanck, 3e de g.) et de l’Agriculture (M. Romain Schneider, 3e de dr.), Greenpeace lance le «Tour d’Europe pour un avenir sans OGM»

Le «Tour d'Europe pour un avenir sans OGM» va rassembler à travers toute l'Union européenne des messages de responsables politiques, d'organisations et de citoyens appelant la Commission européenne et la Présidence espagnole de l'Union européenne à mettre en place un moratoire européen sur toutes nouvelles autorisations d'OGM, tant que la procédure d'évaluation et d'autorisation des OGM dans l'Union européenne n'a pas été réformée et renforcée pour mieux protéger la santé des consommateurs, la biodiversité et l'agriculture des effets négatifs des OGM.

Dans l'Union européenne une grande majorité des consommateurs est opposée aux OGM. Au Luxembourg 83% des consommateurs, les 29 organisations de l'Initiative «Luxembourg sans OGM» et déjà 86 des 116 communes refusent les OGM dans les champs et les assiettes. Le programme gouvernemental se prononce pour l'application du principe de précaution en matière d'OGM et exprime son soutien aux initiatives «sans OGM». Le 24 mars 2009, il y a tout juste un an, le Luxembourg était le cinquième, des actuellement six États membres de l'Union européenne qui ont interdit la culture du maïs transgénique MON810. Le 16 mars dernier le Parlement du Luxembourg a adopté une motion appelant la Commission européenne à respecter un moratoire sur l'autorisation et le ré-autorisation d'OGM.

«Il est inacceptable que la Commission européenne, sous l'impulsion de son Président, Monsieur Barroso et du Commissaire à la Santé, Monsieur Dalli, ait choisi d'ignorer les éléments scientifiques alarmants liées aux effets négatifs des OGM. Avec le soutien de la Vice-Présidente et Commissaire européenne du Luxembourg, Madame Reding, la Commission européenne méprise la volonté des consommateurs et des États membres. Le Commission européenne semble se soucier d'avantage des intérêts des 'industries OGM' que de la santé de près de 500 000 000 citoyens européens!» déclare Maurice Losch, chargé de campagne OGM de Greenpeace Luxembourg. «Nous attendons du Gouvernement du Luxembourg des signes politiques forts et nous soutenons le Ministre de la Santé dans sa démarche qui vise d'interdire la pomme de terre OGM au Luxembourg».

Les effets à long terme des cultures d'OGM sur la santé humaine et animale ainsi que sur l'environnement, n'ont pas été suffisamment évalués. Les dommages économiques et sociaux des cultures d'OGM sur nos sociétés sont ignorés. Le système actuel d'évaluation des OGM n'est pas à la hauteur de la mission qu'il devrait remplir. En décembre 2008, tous les États membres de l'Union Européenne ont unanimement conclu, que la législation européenne sur les cultures OGM n'était pas correctement mise en œuvre par la Commission, et que l'évaluation actuelle des risques liés aux OGM doit être améliorée.

«Tout en félicitant le Gouvernement du Luxembourg pour son engagement actuel pour protéger les consommateurs, la biodiversité et l'agriculture des conséquences négatives des OGM, Greenpeace encourage les Ministres luxembourgeois de continuer et d'amplifier leurs efforts au niveau européen et de demander à la Commission européenne de respecter un moratoire sur toutes autorisations et ré-autorisations d'OGM!», déclare Maurice Losch. «Nous demandons également au Gouvernement du Luxembourg d'entamer ensemble avec d'autres États membres des démarches juridiques contre la politique pro-OGM et irresponsable de la Commission européenne!»

Dans les prochaines semaines le «Tour d'Europe pour un avenir sans OGM» va passer notamment par la Hongrie, l'Italie et la France pour arriver dans le cadre d'une marche internationale pour un avenir sans OGM, le 17 avril prochain à Madrid en Espagne.

Plus d'informations sur http://www.greenpeace.org/stopGE

Signez également notre pétition internationale

Other contacts:

Losch Maurice, chargé de campagne OGM, Greenpeace Luxembourg
Tel. (00352) 621 215 024, email:

VVPR info:

Plus d’informations sur http://www.greenpeace.org/stopGE