Victoire pour Greenpeace: bientôt plus de soja OGM pour les vaches à l'origine du lait allemand "Landliebe"!

La troisième compagnie laitière du marché européen, Campina, va passer aux matières fourragères "sans OGM".

Communiqués de presse - juin 12, 2007
L'entreprise d'origine néerlandaise Campina, qui représente la troisième plus grande compagnie laitière européenne, vient d'informer Greenpeace qu'elle allait nourrir les vaches à l'origine de son produit phare "Landliebe" exclusivement "de matières fourragères européennes" à partir de septembre prochain. Le soja transgénique et le soja cultivé au détriment de la forêt amazonienne vont donc être bannis des auges des vaches "Landliebe". Par ce geste, Campina réagit à une campagne menée activement depuis deux ans par Greenpeace notamment en Allemagne. Le lait "Landliebe" devient ainsi la plus importante marque allemande de lait conventionnel qui va passer au "non OGM" d'ici quelques mois.

Une dizaine d'activistes de Greenpeace déguisés en vaches ont sorti, pour les "mettre sous cadenas", tous les produits laitiers de l'entreprise néerlandaise Campina devant le supermarché Delhaize à Luxembourg.

"Greenpeace a mis le marché du lait sens dessus dessous en Allemagne ces dernières années. Cette décision de Campina ne laisse plus trop le choix aux autres grandes entreprises laitières: elles devront changer leurs politiques d'achat relatives aux matières fourragères OGM si elles veulent rester compétitives" explique Alexander Hissting de Greenpeace Allemagne.

Depuis 2 ans, Greenpeace exige de la multinationale du lait Campina qu'elle renonce à utiliser des OGM et du soja cultivé au détriment de la forêt amazonienne dans l'alimentation animale. En Allemagne, l'organisation a été soutenue dans sa démarche par des centaines de consommateurs qui ont envoyés des e-mails, des lettres et des cartes de protestation à Campina/Landliebe. En mars 2006, des analyses de laboratoire commanditées par Greenpeace avaient mis à jour l'existence de soja transgénique dans l'alimentation des vaches à l'origine des produits "Landliebe".

Campina ne garantit toujours pas aujourd'hui à 100% qu'elle va renoncer aux OGM. L'entreprise n'a pas encore expliqué notamment qu'elle voulait, à coté du soja, interdire le maïs transgénique dans l'alimentation animale. En 2006, Greenpeace avait prouvé que du maïs transgénique atterrissait dans les mangeoires des vaches "Landliebe". Campina a toujours nié ceci mais il semblerait qu'après cette révélation, le "lait OGM" en question ait été incorporé à d'autres produits de la firme et non plus aux produits "Landliebe". "Nous exigeons de Campina/Landliebe que l'entreprise renonce une fois pour toutes aux plantes transgéniques dans l'alimentation des vaches à l'origine de ses produits. En tout cas, Greenpeace continuera à vérifier si le consommateur peut toujours se fier à la qualité des produits Campina" continue Alexander Hissting.

Au Luxembourg, à part les laits issus de l'agriculture biologique, aucune entreprise laitière ne garantit clairement une alimentation animale non OGM. "Quand on sait que 83% des consommateurs de notre pays refusent les OGM dans leurs assiettes, on est en droit d'espérer des industriels qu'ils proposent enfin du lait conventionnel sans OGM. L'exemple positif de Campina, qui a décidé de faire un premier pas dans la bonne direction, montre encore une fois qu'il s'agit pourtant bien d'un manque de volonté plutôt que d'une véritable incapacité d'agir!"

Other contacts:

Alexander Hissting, Greenpeace Allemagne, Tel. + 49 171 8781 185
Anne Thomas, Greenpeace Luxembourg, Tél: 621 19 46 21