NON à la prolongation de la durée de vie des centrales

Dix ans après la catastrophe de Fukushima, les réacteurs européens n’atteignent pas le niveau de sûreté suffisant pour leur permettre d’être exploités au-delà de quarante ans. Et pourtant…

Démesurément couteuses et dangereuses, les plus vieilles centrales nucléaires françaises et belges sont en voie d’obtenir une prolongation de leur durée de vie, passant de 40 à 50 ans, soit 25%.

Fissures, fragilité des structures, anomalies de construction, les installations nous réservent chaque fois plus de surprises et les déchets sont ingérables. Pourtant, la France et la Belgique ont les moyens financiers, techniques et humains d’abandonner le nucléaire. Il leur manque la volonté politique. Exigeons-la.

J'exige la fin du nucléaire

A la frontière du Luxembourg, les vieilles centrales de Cattenom (FR), Doel et Thiange (BE) sont des menaces constante pour les populations. Ne laissons pas les gouvernements voisins nous imposer ce risque !