90 organisations du Canada et des États-Unis, dont la Fondation David Suzuki, la Ligues des droits et libertés et le Réseau québécois des groupes écologistes, appellent Produits forestiers Résolu à abandonner ses poursuites de plusieurs millions de dollars visant à museler Greenpeace et Stand.earth. Dans une annonce parue dans les journaux Le Devoir et The Ottawa Citizen, les organisations condamnent les attaques de Résolu contre le débat public et la liberté d'expression, piliers de nos sociétés démocratiques.

Publicité dans Le Devoir

D'autre voix se sont élevées en défense de la liberté d'expression et des forêts.

Plus de 200 auteurs, dont Margaret Atwood, Yann Martel et Dominic Champagne, ont signé un manifeste avec Greenpeace pour défendre la liberté d’expression et les forêts. 

Mais ce n'est pas tout: l'appel au soutien de la liberté d'expression et de la protection de la forêt est, depuis, devenu international avec plus de 470 000 personnes d'à travers le monde signant une pétition à l'intention des éditeurs qui s'approvisionnent en papier auprès de Résolu. Les signataires appellent les éditeurs à désavouer la tentative oppressive de la compagnie forestière de museler les organisations environnementales et d'intimider les activistes qui ont critiqué, à juste titre, ses pratiques forestières non-durables.

Ne laissons pas Résolu détruire une organisation avec une histoire de plus de 45 ans dans la protection de la planète. 

Signez la pétition pour demander aux maisons d’éditions — qui achètent des tonnes de papier pour leurs livres à Résolu — de défendre la liberté d’expression et les forêts.