Des activistes de Greenpeace ont transformé le socle du monument à la gloire de Guillaume Tell en un baril de déchets nucléaires. Ils posent la question : « Déchets nucléaires : où faut-il les envoyer ? ». Voilà maintenant 34 ans que les centrales nucléaires de la Suisse produisent des déchets, mais les exploitants n'ont toujours pas trouvé de solution au problème de leur élimination. © Greenpeace / Ex-Press / Michele Limina

 

Greenpeace lutte contre l’énergie nucléaire car celle-ci présente un risque élevé pour l’environnement et l’homme. Nous voulons que l’expansion du nucléaire s’arrête et que les centrales nucléaires soient fermées.

Greenpeace fait campagne pour une filière énergétique efficace permettant de lutter contre les changements climatiques et d’améliorer notre économie : la [R]évolution énergétique. Une filière fondée sur des sources d’énergie propres et renouvelables – le vent, l’eau et l’énergie solaire – peut transformer notre économie en l’améliorant. L’énergie nucléaire ne fait pas partie des filières retenues.

Nous souhaitons la fermeture des centrales nucléaires car elles sont :

  • Dangereuses : L’ensemble des centrales nucléaires canadiennes est susceptible d’être affecté par la fusion du coeur d’un réacteur, provoquée par l’erreur humaine, le sabotage ou une défectuosité technique.
  • Sales : Les centrales génèrent des matières radioactives cancérigènes. Les déchets nucléaires demeurent dangereux pour une période pouvant atteindre un million d’années.
  • Coûteuses : Les réacteurs coûtent des milliards de dollars de plus que ce que les gouvernements sont prêts à admettre.
  • Peu fiables : En Ontario, des réacteurs ont fermé ou ont été reconstruits après 25 ans, et non 40 comme ce qui avait été promis.
  • Lentes à mettre en service : Il faut au moins 10 ans pour construire un réacteur, soit bien plus que pour les projets d’énergie verte.

L’énergie nucléaire mine sérieusement le développement d’énergies propres pour l’avenir. Chaque dollar dépensé pour le nucléaire est un dollar qui n’ira pas à l’énergie verte et aux économies d’énergie. Les gouvernements qui dépensent des milliards de dollars pour l’énergie nucléaire réservent une partie du réseau électrique à leurs réacteurs, ce qui limite l’espace dédié aux énergies renouvelables.

Greenpeace lutte contre l’énergie nucléaire en menant les actions suivantes :

  • Nous contestons les affirmations de l’industrie : Nous produisons des documents démontrant les coûts réels et les menaces de l’électricité nucléaire que l’industrie cherche à cacher.
  • Nous faisons pression sur les politiciens : Au travers d’actions et d’interventions lors d’audiences, nous nous attaquons aux politiciens et aux organismes de contrôle pour les forcer à dire la vérité au public sur les coûts et les risques du nucléaire.
  • Nous informons le public : Nous cherchons à rejoindre les canadiens par nos actions, nos activités et nos évènements de presse en tentant de les informer sur les coûts et les menaces de l’énergie nucléaire et sur les vraies solutions à la crise climatique.

Les dernières mises à jour

 

Greenpeace accueille un nouveau responsable Climat-Énergie

Blogue par Catherine Vézina | 10 octobre, 2012

Si vous faites partie de la scène environnementale québécoise, il y a de très grandes chances que vous ayez déjà partagé avec lui une conversation animée sur les gaz de schiste ou le côté obscur des sables bitumineux.  Encyclopédique...

Merci Madame Marois : Québec sort du nucléaire

Blogue par Shawn-Patrick Stensil | 3 octobre, 2012 4 Commentaires

L’engagement de Pauline Marois de fermer la seule centrale nucléaire du Québec est méritoire. Il protégera les Québécois contre les risques financiers et environnementaux inutiles posés par Gentilly-2. Chapeau Madame Marois.    Le...

Nouvelle historique : le Japon sortira progressivement du nucléaire

Blogue par Agnes Le Rouzic | 14 septembre, 2012 1 commentaire

Dix-huit mois après Fukushima, le Japon vient d'annoncer sa décision de mettre fin à sa dépendance à l'énergie nucléaire d'ici 2030.  Il viendra s'ajouter à la liste des pays qui ont déjà fait le choix de la sortie du nucléaire,...

Gentilly or not to be : quand la réalité dépasse la « fission »

Blogue par Agnès Le Rouzic | 11 septembre, 2012

Gentilly or not to be est un documentaire qui a de quoi empêcher de dormir plus d’un promoteur de la reconstruction de Gentilly-2. On a d'ailleurs pu le constater suite à la parution de l’ article de Louis-Gilles Francoeur dans Le...

Témoignage d'un bénévole sur l'exposition photo

Blogue par Michel martin, groupe local de Greenpeace à Québec | 8 mai, 2012

Avant de participer à l’activité d’exposition de photos sur Tchernobyl et Fukushima ,  je n’avais qu’une vague idée des risques et périls de l’industrie nucléaire, et la raison de mon ignorance est simple : les dirigeants de ces...

6 - 10 de 67 résultats.

Tags