Québec, Montréal, Gaspé – Une pétition signée par 29 500 personnes, portée par 16 groupes et organisations et appuyée par 29 autres, a été envoyée ce matin à la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles. La pétition demande à ce que le projet de loi 21, Loi visant principalement à mettre fin à la recherche et à la production d’hydrocarbures ainsi qu’au financement public de ces activités, soit adopté rapidement sans que les compagnies pétrolières et gazières ne reçoivent de cadeaux de départ. 

Les groupes à l’origine de la pétition tiennent à souligner le travail fait actuellement par tous les partis politiques pour arriver à mettre un terme à l’exploitation pétrolière et gazière au Québec. Cependant, ils demeurent inquiets des trop généreuses indemnités qui pourraient être données aux entreprises, alors que les besoins financiers sont nombreux afin d’entamer la transition énergétique, et que les coûts sur le système de santé causés par les changements climatiques vont en augmentant. 

« Nous tenons à souligner les nombreuses améliorations qui ont été faites au projet de loi jusqu’ici et l’ouverture du gouvernement à le modifier. Cependant, nous considérons toujours beaucoup trop élevées les indemnités offertes aux entreprises pétrolières et gazières et réitérons notre demande afin qu’elles soient exclues du projet de loi. Nous déposons cette pétition pour montrer l’appui de la population à notre demande », affirment les groupes à l’origine de la pétition.

Les groupes tiennent aussi à rappeler les résultats d’un sondage mené en février dernier démontrant que 52 % des personnes interrogées disent être d’accord avec l’interdiction des forages pétroliers et gaziers tandis que seulement 25 % sont en désaccord. De plus, 70 % des personnes interrogées demandent à ce que les entreprises pétrolières et gazières soient tenues responsables financièrement des dégâts laissés par leur industrie. Enfin, 54 % des personnes interrogées considèrent que le montant de 100 millions de dollars que le gouvernement prévoit verser aux compagnies d’énergies fossiles sous forme d’indemnisation est trop élevé; en comparaison, seulement 4 % considèrent qu’il n’est pas assez élevé.

-30-

Pour informations :

Anthony Côté Leduc, relations médias, Équiterre

(514) 605-2000 ; [email protected] 

Gabriel Marquis, responsable des communications de Nature Québec

(581) 307-8613 ; [email protected] 

Pamela Daoust, directrice des communications 

Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME)

(514) 267-2589 ; [email protected]

Laura Bergamo, conseillère en communications, Greenpeace Canada,  [email protected] ; +1 (438) 928-5237

Mathieu Langlois, responsable des communications, Eau Secours
(514) 588-5608 ; [email protected]

Léa Ilardo, analyste politique, Fondation David Suzuki

(438) 520-5964 ; [email protected]

Pascal Bergeron, porte-parole, Environnement Vert Plus

(581) 886.1189, [email protected]

Carol Saucier, porte-parole, Solidarité Gaspésie, 

(418) 368-4380, [email protected] 

Simon Guiroy, coordonnateur et porte-parole, Coalition étudiante «Arrêtons GNL»

(514) 730-7945; arreto[email protected]