OTTAWA – En réaction au budget fédéral dévoilé aujourd’hui, Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada, a déclaré: 

«Quelle mauvaise semaine pour le climat! Ce budget ressemble à un nouvel acte de la triste pièce de théâtre que nous sert le gouvernement Trudeau quand il prétend être un leader climatique mais fait dans la demi-mesure et l’incohérence. Trois jours après la sortie du rapport du GIEC, offrir des milliards en subventions sous forme de crédit d’impôt aux pétrolières et gazières pour des projets de captage, d’utilisation et de stockage du carbone est tout simplement honteux. Avec l’achat du pipeline Trans Mountain une journée après avoir déclaré l’urgence climatique nationale, et l’approbation du projet Bay du Nord deux jours après la sortie du rapport du GIEC, le gouvernement Trudeau prouve une fois de plus que ses beaux discours verts ne sont pas suivis d’actions cohérentes et ambitieuses.  

Au lieu d’offrir de nouvelles subventions à l’industrie fossile, alors qu’il dit vouloir les abolir, le gouvernement aurait dû investir massivement dans la transition pour aider les communautés et les travailleurs et développer des économies locales, saines et viables. »

Greenpeace rappelle que plus de 400 scientifiques, universitaires et des modélisateurs de systèmes énergétiques ont envoyé une lettre au gouvernement Trudeau lui demandant de ne pas octroyer de crédit d’impôt pour le captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CUSC) et ainsi éviter une nouvelle subvention pour les combustibles fossiles. 

Le gouvernement fédéral a annoncé un crédit d’impôt à l’investissement pour le Captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CUSC). De 2022 à 2030, les taux du crédit à l’investissement inclueraient un crédit de 50 % pour l’investissement dans du matériel servant à capter le CO2 dans le cadre des autres projets de CUSC. Selon le gouvernement, « le crédit d’impôt remboursable proposé devrait coûter 2,6 milliards de dollars sur cinq ans, à compter de 2022-2023, et son coût annuel devrait s’élever à environ 1,5 milliard de dollars en 2026-2027. À l’avenir, le gouvernement s’attend à ce que le coût de la mesure demeure environ 1,5 milliard de dollars par année, jusqu’en 2030”. (Budget 2022, p.111)

-30-

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Brandon Wei, Conseiller aux communications, Greenpeace Canada

[email protected]; +1 778-772-6138

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie, Greenpeace Canada

[email protected], +1 514 594-1221