Local Girl in Cameroon. © John Novis
Want to do more?
Être impliqué ×
Douala harbour. Rainforest logs will be shipped from here. Hafen von Douala. Baumstaemme werden verladen.

Yaoundé, 23 novembre 2020 – Les nouvelles “normes nationales” du Forest Stewardship Council (FSC) pour le Cameroun et la République du Congo sont une bonne nouvelle pour les multinationales forestières qui détruisent les paysages forestiers intacts (IFL) d’Afrique, des points chauds de la biodiversité essentiels au maintien des niveaux mondiaux de carbone. [1]

“Le lobby des entreprises du FSC démontre une fois de plus que le bois labellisé FSC provenant du bassin du Congo est aussi susceptible que le bois non labellisé de provenir de la destruction des forêts et des abus des droits des populations forestières, si ce n’est plus”, a déclaré Irène Wabiwa Betoko, chef de projet international de Greenpeace Afrique pour la forêt du bassin du Congo.

Les normes nationales du FSC basées à Bonn sont destinées à adapter la norme de certification mondiale du label aux contextes locaux. 

En dehors des zones “centrales” des IFL, les nouvelles normes accueillent les routes “prioritaires” jusqu’à 25 mètres de large et permettent un abattage plus rapide que celui dont se vantent actuellement les multinationales. Le découpage jusqu’à un kilomètre des frontières des zones protégées est accepté – une règle présentée comme “la création de zones tampons”.  

Les nouvelles normes arrivent six mois après la certification par le FSC d’une concession de la Congolaise industrielle des bois (CIB) située dans les tourbières de la Cuvette Centrale à cheval sur la frontière des deux Congos, une “bombe à carbone” dont on estime qu’elle contient l’équivalent de près de 20 ans d’émissions de combustibles fossiles des États-Unis.  

Il est apparu en janvier que l’un des auditeurs qui a validé l’an dernier le label FSC d’une multinationale camerounaise à capitaux français travaillait pour le groupe de pression industriel des exploitants forestiers basé à Paris, dont la firme est un membre clé.

“Les nouvelles normes du FSC pour le Cameroun et le Congo sont un feu vert pour les exploitants qui veulent éviscérer les paysages forestiers intacts de la région”, a déclaré Wabiwa.  

Les nouvelles normes comprennent une obligation provisoire de définir au moins 50 % de chaque LIF comme une zone centrale – bien en deçà des 80 % que le FSC s’est engagé à respecter en 2014.  Mais le FSC autorise explicitement le label vert pour l’exploitation forestière industrielle, même dans ces zones. Les zones les plus sensibles des forêts les plus sensibles d’Afrique sont ouvertes à une exploitation industrielle “très limitée” tant que les profits des multinationales “produiront des bénéfices clairs, substantiels, supplémentaires, à long terme, en termes de conservation et de bénéfices sociaux”. [2]  

L’engagement de pure forme des normes en faveur d’un “engagement culturellement approprié” avec les populations autochtones ne sert qu’à masquer le fait que la totalité des 50 millions d’hectares de concessions forestières du Bassin du Congo a été attribuée avant de solliciter – et encore moins de recevoir – le consentement libre, informé et préalable  de quiconque.  Les procédures élaborées de “consultation” du FSC avec les peuples autochtones blanchissent le vol de leurs terres ancestrales.

Suite au scandale Ikea du FSC l’été dernier, qui a révélé que le label avait blanchi du bois Ukrainien illégal, Greenpeace Afrique se joint à Earthsight pour dire que le FSC a été impliqué dans le vol de leurs terres ancestrales : “L’exploitation forestière illégale est très répandue. Déboisement de vastes étendues de forêt tropicale précieuse. Passages à tabac et meurtres de communautés locales. Du Brésil au Congo, du Pérou à la Russie, tout est permis et les entreprises certifiées FSC ont été accusées de complicité. Les défauts structurels de longue date des systèmes FSC, notamment les énormes conflits d’intérêts, font que ces problèmes continueront inévitablement”.

FIN

Notes :

Greenpeace International s’est retirée du FSC en 2018. https://www.greenpeace.org/international/press-release/15589/greenpeace-international-to-not-renew-fsc-membership/

[1] En 2017, Greenpeace Afrique a trouvé que, entre 2000 et 2013, le pourcentage de perte des Paysages Forestiers Intactes des concessions forestières certifiées FSC dans le Bassin du Congo était deux fois supérieur à celui des concessions non certifiées. https://storage.googleapis.com/planet4-africa-stateless/2018/10/9beda7ae-9beda7ae-greenpeace_ifl_report_final-low-res.pdf?_ga=2.16179190.1976992234.1602834717-727722132.1558513189

[2] Sur la base de la Décision 65 de l’Assemblée Générale du FSC en 2014, les zones centrales sont définies comme un minimum de ‘’80 pour cent du paysage forestier intacte de l’unité de gestion, et la partie de chaque paysage forestier intacte contenant les valeurs écologiques et culturelles les plus importantes. Les zones centrales sont gérées à l’exclusion de toute activité industrielle. Les zones centrales s’identifient ou vont au-delà des paysages forestiers intactes’’. FSC IFL Guidance For Managers January 2020: https://fsc.org/en/document-centre/documents/resource/424

[3] 

‘’Les stratégies de gestion autorisent des activités industrielles limitées” au sein des ‘’zones centrales’’ seulement si tous les effets de l’activité industrielle, incluant la fragmentation:

  1. Sont restreintes à une partie limitée de la zone centrale;
  2. Ne réduisent pas la zone centrale en deçà de 50 000 Ha; et
  3. Produiront des bénéfices sociaux et de conservation clairs, substantiels, additionnels et sur le long terme.’’

Pour plus d’information, veuillez contacter: 

Tal Harris: Coordinateur International de la Communication: [email protected], +221-774643195 (WhatsApp)