En réponse aux informations selon lesquelles la très controversée entreprise néerlandaise de transformation et d’exportation de bois Wijma, et sa filiale CAFECO ont arrêté leurs activités de production dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, le Chargé de Campagne forêts pour Greenpeace Afrique, Eric Ini, a fait la déclaration suivante:

 

“Il est scandaleux, du fait que Wijma et CAFECO continuent d’exploiter du bois avec une certification FSC, sous escorte armée dans la région du Sud-Ouest jusque très récemment . Cette région est témoin d’un conflit qui a vu près de 160 000 personnes déplacées et 45 000 réfugiés fuir vers le pays voisin, le Nigeria . C’est un outrage pour Wijma d’avoir continué à exploiter la forêt dans de telles circonstances.“De manière ironique, Wijma a déclaré aux médias néerlandais le mois dernier qu’il ne voyait aucun problème d’exploiter  du bois dans une zone de conflit. Ce qui est contraire aux règles de certification FSC. Toutes les concessions de Wijma dans la région sont situées dans une zone de conflit où les voyages sont extrêmement déconseillés, en particulier pour des étrangers. Pour Wijma, le fait d’arrêter l’exploitation forestière et la transformation du bois seulement à cause de l’intensité du conflit en cours n’est rien d’autre qu’une preuve de la cupidité excessive des entreprises.”“Des groupes armés et les forces gouvernementales régulières se battent depuis près de deux ans dans la région, faisant de nombreuses victimes. Wijma a exploité silencieusement ce butin sans faire preuve de la responsabilité sociale des entreprises. Les méthodes ambiguës que Wijma a utilisé pour ses activités dans la région au cours de cette période seront éventuellement révélées.”

“Greenpeace Afrique estime que Wijma ne peut pas continuer de se prévaloir comme un fournisseur certifié FSC pour le bois qu’elle a dans le stock ou venant d’une autre source. Au lieu de se précipiter à développer la production dans le sud du Cameroun, l’entreprise devrait prendre le temps de réfléchir sobrement, et réévaluer son rôle aussi indirect soit-il dans le conflit en cours au Cameroun.”

Media contacts:

nmetimio@greenpeace.org, Chargé de Communications , Greenpeace Africa, Tel: 677-345-612

eini@greenpeace.org, Chargé de Campagne Forêt , Greenpeace Africa, Tel: 682-909-250