Faisant suite à l’annonce du lancement de la deuxième phase du projet CongoPeat par la ministre congolaise de l’Environnement, Arlette Soudan-Nonault, Victorine Che Thoener, responsable du projet de la campagne Bassin du Congo de Greenpeace Afrique, a déclaré ce qui suit :

“C’est avec amertume que nous avons appris le lancement de cette deuxième phase qui consiste en une étude scientifique des zones de tourbières. Cette étude sera utilisée pour évaluer, entre autres, l’impact d’éventuels “déversements du pétrole”, ou de “l’abattage sélectif” ou encore de “la conversion de la forêt de tourbe en plantation industrielle”[1] dans une zone des tourbières qui stocke environs 30 milliards de tonnes de carbone !

“Le 8 novembre dernier, Greenpeace a exposé le greenwashing effréné que mènent les autorités congolaises au moment où elles mettent aux enchères trois blocs pétroliers au coeur des tourbières.[2]

“Nous réitérons notre demande au gouvernement de la République du Congo d’annuler immédiatement ces appels d’offres ainsi que des contrats des quatre blocs déjà attribués dans la même zone”.

Notes :

[1] http://www.tourisme-environnement.gouv.cg/congopeat-communique-de-presse/

[2] https://www.greenpeace.org/archive-africa/fr/Presse/Greenpeace-Afrique-denonce-la-campagne-de-greenwashing-de-la-Republique-du-Congo-lors-de-la-Semaine-africaine-du-petrole/  

Contact média:

  • Afy Malungu, Chargée de communication, Bassin du Congo – Greenpeace Afrique, +243991521250, amalungu@greenpeace.org
  • Victorine Che Thöner, Project Leader du Projet Bassin du Congo – Greenpeace Afrique, +49 15779598983, vchethoe@greenpeace.org