L’expédition de l’Esperanza entre le Cap Vert, la Mauritanie, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Sierra Leone et le Sénégal ne pouvait pas mieux commencer. Nous avons lancé un concours de dessins des élèves de ces différents pays pour représenter nos océans, et les premiers participants ont répondu avec un élan de spontanéité et de sincérité comme les enfants en ont le secret.

En découvrant pour la première fois les chefs d’œuvre de ces enfants du Cap Vert, je suis resté bouche bée tant les prestations ont dépassé toutes mes attentes.

Je ne fus pas le seul. Demandez aussi aux membres de l’équipage, aux visiteurs et mêmes aux journalistes qui ne cessaient de revenir sur la pertinence des sujets.

Ces artistes en herbe sont des élèves âgés entre 7 et 10 ans. Ils connaissent nos océans comme le lieu de passage des navires, des pirogues à la recherche du poisson. Malheureusement nos océans sont aussi représentés par ces enfants comme une poubelle à ciel ouvert, pollués, les plastiques remplaçant les poissons.

Ces enfants ont adressé des messages clairs à leurs parents qui sont aussi nos décideurs politiques et institutionnels. J’ose espérer que ces parents seront touchés par les appels à préserver les océans venant de leurs enfants car ces images valent plus de mille mots.

Lors de la visite du bateau par les écoles, on pouvait lire sur le visage des enfants la joie de voir leurs œuvres exposées à bord. Les voix des enfants à travers leurs dessins vont accueillir l’Esperanza et l’accompagner dans sa mission pour protéger les ressources pour les générations futures.

Ne manquez pas l’occasion, en visitant le bateau, de contempler les œuvres de ces élèves, citoyens de demain, à qui nous devons léguer des océans sains et riches en poissons.

Par Philippe Wenceslas Ahodekon , chargé de mobilisation, Greenpeace Afrique 

Comments

Inscrivez votre réponse

Discussion

Close