Ce matin, l’acteur oscarisé Javier Bardem était à Time Square pour réclamer un Traité mondial pour les océans alors que défilaient sur écran géant des images montrant des espèces marines menacées. Voir les images ici

Plus tard, il s’adressera aux délégués des Nations Unies pour exhorter les gouvernements à adopter un traité mondial ambitieux sur la haute mer, qui pourrait ouvrir la voie vers la protection d’un tiers des océans d’ici 2030 [1]. Il s’agit de la troisième des quatre rencontres des Nations Unies en vue de négocier un traité qui pourrait définir le cadre d’un « Accord de Paris sur les océans » juridiquement contraignant.

« Quelles que soient les décisions prises lors de cette conférence, elles auront un impact profond sur la vie dans nos océans et sur l’avenir de l’humanité. Les délégués doivent savoir que le monde observe les négociations en vue d’un Traité mondial sur la haute mer. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de nous tromper », a déclaré Bardem.

L’événement à l’ONU débutera par une bande-annonce du documentaire « Sanctuary » du réalisateur Alvaro Longoria retraçant son voyage dans l’une des régions de haute mer les plus isolées de la planète et qu’il est urgent de protéger : la mer de Weddell en Antarctique. Bardem, qui a produit ce documentaire et pris part à cette expédition, partagera son expérience personnelle et invitera les dirigeants du monde à relever leurs ambitions en matière de protection des océans.

Près du bâtiment de l’ONU a été installée lundi matin une gigantesque œuvre d’art inspirée de l’océan. La sculpture de 19 pieds de haut, représentant des baleines et des tortues, évoque les nombreuses pressions que subissent les eaux internationales – de la surpêche aux forages pétroliers en passant par la pollution plastique – tandis que des écrans vidéo intégrés diffusent des messages de personnes du monde entier demandant aux gouvernements de marquer l’histoire en adoptant un traité mondial ambitieux pour les océans. [2] [3]

Lors de la conférence, Sandra Schoettner, de la campagne Protégeons les océans de Greenpeace, a déclaré :

« Nous avons besoin d’un changement radical dans la gestion de nos océans. S’appuyer sur les cadres existants ne suffit pas. Et ceci est particulièrement le cas pour les zones situées au-delà des juridictions nationales et qui comptent parmi les moins protégées de notre planète bleue. Ces négociations sont la meilleure chance de faire évoluer le statu quo et d’adopter un traité suffisamment ferme pour assurer une protection efficace grâce à un réseau de sanctuaires océaniques entièrement protégés. Selon la science, un tel réseau doit couvrir au moins un tiers des océans du monde d’ici à 2030 si nous voulons permettre le rétablissement de la biodiversité, renforcer la résilience des océans face au dérèglement climatique et assurer la sécurité alimentaire à des milliards de personnes dans le monde. »

-30-

Photos et videos :

Cliquez ici pour accéder à la collection de photos de Javier Bardem à Time Square.
Cliquez ici pour accéder à la collection de photos et vidéos d’océans.

 

Notes:

[1] L’événement aura lieu dans la salle de conférence 4 de l’ONU de 13h15 à 14h30. L’accréditation des médias des Nations Unies est nécessaire pour participer à l’événement.

[2] L’œuvre inspirée de l’océan est une collaboration entre Greenpeace, la High Seas Alliance et l’Union internationale pour la conservation de la nature.

[3] Pour plus d’informations, consultez (en anglais) : Protect the Global Oceans: Why We Need a Global Ocean Treaty. Pour un exposé détaillé (en anglais), cliquez ici.

 

Pour plus d’informations, contactez :
Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada, mfiset@greenpeace.org; +1 (514) 400-3256

Porte-parole aux Nations Unies : 
Porte-paroles de Greenpeace disponibles à l’ONU à New York pendant les négociations :

  • Dr Sandra Schoettner, Greenpeace Germany, responsable de la campagne Protégeons les océans (Langues : Allemand, Anglais)
  • Sofia Tsenikli, Greenpeace International, analyste politique sénior (Langues : Grec, Anglais)
  • Arlo Hemphill, Greenpeace USA, chargé de campagne Océans (Langue : Anglais) 
  • Pilar Marcos Rodríguez, Greenpeace Espagne, chargé de campagne Océans (Langues : Espagnol, Anglais)
  • Wei Zhou, Greenpeace Asie de l’Est/Chine, chargé de campagne Océans (Langues : Mandarin, Anglais)
  • Aliou Ba, Greenpeace Afrique/Sénégal, conseiller politique (Langues : Français, Anglais)