Montréal – En réponse à la publication du rapport de l’OMS ce jeudi concernant les possibles effets des microplastiques sur la santé, Agnès Le Rouzic, chargée de la campagne Océans et Plastique chez Greenpeace Canada, a répondu: 

“Ce rapport de l’OMS reconnaît clairement les lacunes dans la recherche sur les risques que représentent les microplastiques pour la santé humaine. Nous ne pouvons donc pas supposer que les risques sont faibles. L’élément à retenir de ce rapport est plutôt le manque de recherche qui doit être comblé. 

Nous savons en revanche que le plastique nuit aux espèces marines et que les combustibles fossiles nécessaires à la fabrication du plastique contribuent au dérèglement climatique.

Dans cet esprit, les gouvernements et les entreprises doivent, comme le recommande l’OMS, réduire de toute urgence la production de plastique à usage unique.”

-30-

Pour plus d’informations, contactez: 

Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada

mfiset@greenpeace.org; +1 514 400-3256