23 octobre, 2018 (TORONTO) – En réponse à l’annonce du gouvernement fédéral sur le système de plafonnement et d’échange, Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada a dit:

«Cette décision démontre que personne ne peut ignorer la lutte contre les changements climatiques. Un prix sur la pollution est définitivement un pas dans la bonne direction et facilitera la création d’emplois verts dans une économie soutenue par les énergies propres. Un prix sur le carbone n’est qu’une première étape et doit être suivi d’une multitude d’autres afin que les actions du Canada et des provinces soient cohérentes avec ce que les scientifiques jugent nécessaire pour éviter les pires impacts des changements climatiques. Au Québec, le gouvernement Legault a récemment affirmé qu’il avait compris le message de la population et en ferait davantage pour lutter contre les changements climatiques. Il devra rapidement investir les fonds amassés par le système de plafonnement et d’échange d’émissions pour proposer des programmes et mettre des mesures en place, à commencer par mieux financer le transport collectif, de manière à réduire la pollution.»

Rappelons que le prix sur le carbone touchera spécifiquement le Nouveau-Brunswick, la Saskatchewan, le Manitoba et l’Ontario, provinces où les gouvernements n’ont pas mis en place leurs propres systèmes conformément aux standards établis par le fédéral.

Le gouvernement Ford a adopté en juillet un règlement et une législation annulant le programme de plafonnement et d’échange d’émissions de l’Ontario ainsi que les objectifs de réduction des émissions de carbone de la province. Greenpeace, représenté par les avocats d’Ecojustice, a donc choisi de poursuivre le gouvernement Ford en septembre.

La poursuite allègue que le gouvernement Ford n’a pas respecté la loi en n’organisant pas de consultations publiques sur le règlement abolissant le système de plafonnement et d’échange de l’Ontario ainsi que sur le projet de Loi 4, la Loi de 2018 annulant le programme de plafonnement et d’échange, projet de loi qui est actuellement devant la législature. La démarche demande également à la Cour d’annuler le règlement.

Quelques heures après le dépôt de la plainte par Greenpeace, le ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs a affiché au Registre environnemental de l’Ontario un avis prévoyant une période de consultation publique de 30 jours pour le projet de loi 4, Loi de 2018 annulant le programme de plafonnement et d’échange.

-30-

Pour plus d’informations, contactez:

Patrick Bonin, Responsable de la campagne Climat-Énergie, Greenpeace Canada
pbonin@greenpeace.org; +1 514 594-1221

Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada
mfiset@greenpeace.org; +1 972-6316