WASHINGTON, DCUn nouveau rapport du Centre international du droit de l’environnement (CIEL) examine les impacts sur la santé à chaque étape de son cycle de vie, et conclut qu’il est nécessaire d’adopter immédiatement le principe de précaution pour protéger l’humanité de la crise de la pollution plastique.

Les principaux constats du rapport sont:

  • Le plastique présente des risques pour la santé humaine et ce à chaque étape de son cycle de vie dus au rejet de produits chimiques nocifs lors du processus d’extraction et de fabrication de la matière première; à l’exposition aux additifs chimiques lors de son utilisation; et aux déchets plastiques qui contaminent l’environnement et les aliments.  
  • Les particules de microplastiques, comme les fragments et les fibres, peuvent pénétrer le corps par contact, ingestion ou inhalation, et pourraient avoir de nombreux effets sur la santé en raison de leur taille microscopique et de leur capacité à s’infiltrer dans les tissus et les cellules, ou en raison des produits chimiques complexes qu’ils contiennent.
  • Les incertitudes et les lacunes en termes de savoir, y compris un manque flagrant de transparence, compromettent l’évaluation complète des effets sur la santé et empêchent les consommateurs et consommatrices, les communautés et les organismes de prendre des décisions éclairées.

En réaction au rapport CIEL, Agnès Le Rouzic, porte-parole de la campagne Océans et Plastique chez Greenpeace Canada a déclaré :

«Les risques pour la santé liés à la crise de la pollution plastique ont été ignorés pendant trop longtemps et doivent être au premier plan de toutes les décisions futures relatives au plastique. Les entreprises et les gouvernements mettent notre santé en danger en maintenant le statu quo pour assurer les profits. Ce rapport montre que les océans et les animaux marins ne sont pas les seuls à souffrir de notre dépendance au plastique. Bien qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur les impacts du plastique sur la santé humaine, nous en savons suffisamment pour adopter le principe de précaution et commencer à les éliminer progressivement. »

« Outre les effets sur la santé, notre culture du jetable présente de nombreux risques. Les déchets plastiques nuisent ou tuent des animaux partout dans le monde, contribuent aux changements climatiques et maintiennent notre dépendance aux combustibles fossiles. La solution doit passer par la réduction immédiate de la production de plastique jetable et une réorientation des entreprises vers des systèmes de remplissage et de réutilisation. Il est temps de repenser les systèmes de distribution, car le modèle actuel a clairement montré ses limites.»


Pour lire le rapport complet (en anglais), veuillez cliquez ici. https://www.ciel.org/plasticandhealth/

-30-

Pour plus d’information, veuillez contacter:

Philippa Duchastel de Montrouge, Conseillère en communication, Greenpeace Canada, pduchast@greenpeace.org, +1 (514) 929-8227