Voici quelques-unes de nos victoires environnementales préférées de 2021, réalisées grâce aux sympathisant·es de Greenpeace ici au Canada et dans le monde entier.

Vous avez mis fin à deux mégaprojets de combustibles fossiles au Canada

Les activistes de Greenpeace ont déployé une bannière géante à Montréal sur laquelle on pouvait lire :  « GNL : T'as pas le go, Legault! »
Le 9 mars au matin, quelques jours avant que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) ne rende ses conclusions au premier ministre Legault, le soleil s’est levé sur six bannières mettant en lumière l’absence d’acceptabilité sociale face au projet GNL Québec.

En coalition avec d’autres organisations environnementales, des groupes communautaires et des Premières Nations, notre mouvement a fini par faire échouer le plus grand projet gazier jamais proposé au Québec.

Conçu comme un projet trois-en-un – un gazoduc, une usine de liquéfaction et un terminal maritime d’exportation – le mégaprojet GNL Québec aurait menacé la survie des bélugas du Saint-Laurent, émis une pollution équivalente à celle de 15 millions de voitures chaque année pendant 25 ans, et retardé davantage la transition énergétique.

Grâce à vous, ce mégaprojet polluant ne verra jamais le jour, le gouvernement du Québec ayant cédé cet été à la pression publique en rejetant le projet.

Mais ce n’est pas tout. En juin dernier, les promoteurs de Keystone XL ont officiellement abandonné leur projet de méga-pipeline transfrontalier. Ce projet évalué à 8 milliards de dollars était destiné à acheminer plus de 800 000 barils de pétrole brut canadien par jour sur 1 897 kilomètres de pipelines sujets aux fuites.


Cette victoire est intervenue après plus d’une décennie de résistance populaire au Canada et aux États-Unis, menée en première ligne par des communautés autochtones. En tant que militant·es de Greenpeace, votre soutien a joué un rôle essentiel.

Voilà ce que peut accomplir le pouvoir citoyen, et voilà comment nous remportons des victoires pour le climat, la nature et les communautés.

Vous avez remporté un procès historique contre Shell

Des activistes de Greenpeace ont
escaladé la plate-forme pour déployer une bannière géante sur laquelle on pouvait lire : « Nettoyez votre gâchis, Shell ».
En 2019, des activistes de Greenpeace originaires des Pays-Bas, d’Allemagne et du Danemark ont accosté sur deux plateformes pétrolières de Shell en mer du Nord pour protester contre la décision de la compagnie d’abandonner d’anciennes structures pétrolières contenant encore 11 000 tonnes de pétrole.

Cette année, Greenpeace Pays-Bas, Milieudefensie (Amis de la Terre Pays-Bas), plusieurs autres groupes et des milliers de plaignant·es ont remporté une victoire juridique historique contre Shell.

D’après le tribunal néerlandais, Shell a été reconnue responsable pour les préjudices climatiques qu’elle a causés et doit réduire ses émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030, une décision de justice qui a pris effet immédiatement.

C’est la première fois dans l’histoire qu’une grande entreprise de combustibles fossiles est tenue responsable de sa contribution au changement climatique et se trouve obligée de réduire considérablement ses émissions pour contribuer à maintenir le réchauffement global de la planète en deçà de 1,5 degré. Shell – l’une des dix entreprises les plus polluantes dans le monde – devra réévaluer radicalement l’ensemble de son modèle d’entreprise pour se conformer aux ordres de la Cour.

Cette décision ne sera certainement pas la dernière : d’autres portes s’ouvrent et des litiges climatiques dans le monde entier pourraient aboutir à des résultats similaires.

Vous avez convaincu le Canada de classer les plastiques à usage unique dans la catégorie des « substances toxiques »

Des bénévoles de Greenpeace tiennent une bannière sur laquelle on peut lire : « Le recyclage ne suffit pas! Interdisez les plastiques à usage unique ».
Pour les fêtes de fin d’année 2018, des bénévoles de Greenpeace ont livré un message (ainsi que des « coffrets-cadeaux ») pour protester contre la pollution plastique aux bureaux des cinq plus grands pollueurs plastique au Canada : Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, The Coca-Cola Company et McDonald’s.

En mai dernier, et après des années d’efforts et de plaidoyer de la part des militant·es de Greenpeace et d’autres organisations, le Canada a finalement pris la décision d’ajouter les articles manufacturés en plastique à la liste des produits toxiques en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, proposant dans la foulée l’interdiction de six articles en plastique à usage unique.

Pourquoi est-ce important? Parce que reconnaître officiellement la nocivité des plastiques à usage unique pour l’environnement permet ainsi au gouvernement fédéral d’établir les bases d’une réglementation plus stricte pour encadrer leur production à l’avenir.

Et les grandes entreprises manufacturières le savent. Elles s’opposent à une telle réglementation, mais cette première avancée leur envoie un message clair : il va y avoir du changement.

Les prochaines étapes peuvent et doivent maintenant se concentrer sur l’élargissement de la liste d’interdiction afin d’inclure davantage de plastiques à usage unique problématiques et non essentiels, la fin des subventions destinées aux secteurs de la pétrochimie et du plastique, et des investissements dans des systèmes axés sur le réutilisable, le vrac et la consigne afin que nous puissions accélérer notre transition vers une économie véritablement zéro déchet.

Vous avez empêché la création de la première mine sous-marine à grande échelle au monde au large de la Nouvelle-Zélande

Aux côtés de groupes locaux et des communautés autochtones, les iwi et hapū d’Aotearoa (tribus et sous-tribus Māories), vous avez contribué à protéger les océans en empêchant la création de la première mine sous-marine à grande échelle du monde au large des côtes de la Nouvelle-Zélande.

Après s’être porté·es à la défense des fonds marins et des intérêts des communautés côtières devant la Cour suprême de Nouvelle-Zélande l’année dernière, les militant·es de Greenpeace du monde entier ont pu célébrer en septembre le jugement qui a définitivement fait couler le projet minier Trans Tasman Resources.

Ce projet aurait été la première mine sous-marine à grande échelle dans le monde – un dangereux précédent qui aurait probablement encouragé l’industrie à mener des projets miniers similaires.

Il s’agit également d’une grande victoire pour les droits des Autochtones, car la décision de justice repose notamment sur la reconnaissance du Tikanga, soit les us et coutumes māoris qui auraient dû être pris en compte dans le cadre du processus de demande de permis minier.

Une victoire remarquable!

Vous avez convaincu le Canada d’investir 30 milliards $ dans l’action climatique

Un demi-million de personnes dans les rues de Montréal le jour de la Grève mondiale pour le climat en 2019.
Le jour de la Grève mondiale pour le climat en 2019, un demi-million de personnes ont défilé à Montréal. Des millions d’autres personnes à travers le monde sont descendues dans la rue pour exiger des mesures climatiques ambitieuses.

Il y a plus de dix ans, la dernière grande crise économique nous a montré que les gouvernements étaient réticents à sortir du statu quo, à moins d’y être poussés par le public. Pourtant, le statu quo est précisément à l’origine des crises qui ont mené les populations et la planète dans la situation actuelle.

En tant que soutien de Greenpeace, vous avez participé à un vaste effort de mobilisation qui a permis d’obtenir un investissement fédéral de 30 milliards $ dans l’action climatique tel que présenté dans le dernier budget du printemps 2021.

Bien que celui-ci ne soit pas parfait, ce nouveau budget constitue une première étape essentielle pour saisir cette opportunité unique de rebâtir en mieux. Pour faire face aux crises actuelles, le Canada doit reconstruire son modèle énergétique autour des énergies renouvelables en soutenant les travailleuses et travailleurs du secteur, continuer d’investir dans le renforcement des protections sociales et s’attaquer aux injustices sociales qui touchent de nombreuses communautés. C’est votre soutien qui a permis de porter cet important plaidoyer jusqu’à Ottawa, et même si notre travail est loin d’être terminé, nous constatons déjà une évolution.

Voilà donc cinq victoires environnementales cruciales que les adhérent·es de Greenpeace ont contribué à remporter cette année.

Alors que nous élaborons nos stratégies pour 2022, j’espère que ces victoires constituent une source d’inspiration et vous prouvent que nous pouvons accomplir collectivement de grandes choses grâce à votre soutien.

Ensemble, nous pouvons construire un monde plus vert, plus soutenable et plus juste.