Des activistes de Greenpeace ont transformé le socle du monument à la gloire de Guillaume Tell en un baril de déchets nucléaires. Ils posent la question : « Déchets nucléaires : où faut-il les envoyer ? ». Voilà maintenant 34 ans que les centrales nucléaires de la Suisse produisent des déchets, mais les exploitants n'ont toujours pas trouvé de solution au problème de leur élimination. © Greenpeace / Ex-Press / Michele Limina

 

Greenpeace lutte contre l’énergie nucléaire car celle-ci présente un risque élevé pour l’environnement et l’homme. Nous voulons que l’expansion du nucléaire s’arrête et que les centrales nucléaires soient fermées.

Greenpeace fait campagne pour une filière énergétique efficace permettant de lutter contre les changements climatiques et d’améliorer notre économie : la [R]évolution énergétique. Une filière fondée sur des sources d’énergie propres et renouvelables – le vent, l’eau et l’énergie solaire – peut transformer notre économie en l’améliorant. L’énergie nucléaire ne fait pas partie des filières retenues.

Nous souhaitons la fermeture des centrales nucléaires car elles sont :

  • Dangereuses : L’ensemble des centrales nucléaires canadiennes est susceptible d’être affecté par la fusion du coeur d’un réacteur, provoquée par l’erreur humaine, le sabotage ou une défectuosité technique.
  • Sales : Les centrales génèrent des matières radioactives cancérigènes. Les déchets nucléaires demeurent dangereux pour une période pouvant atteindre un million d’années.
  • Coûteuses : Les réacteurs coûtent des milliards de dollars de plus que ce que les gouvernements sont prêts à admettre.
  • Peu fiables : En Ontario, des réacteurs ont fermé ou ont été reconstruits après 25 ans, et non 40 comme ce qui avait été promis.
  • Lentes à mettre en service : Il faut au moins 10 ans pour construire un réacteur, soit bien plus que pour les projets d’énergie verte.

L’énergie nucléaire mine sérieusement le développement d’énergies propres pour l’avenir. Chaque dollar dépensé pour le nucléaire est un dollar qui n’ira pas à l’énergie verte et aux économies d’énergie. Les gouvernements qui dépensent des milliards de dollars pour l’énergie nucléaire réservent une partie du réseau électrique à leurs réacteurs, ce qui limite l’espace dédié aux énergies renouvelables.

Greenpeace lutte contre l’énergie nucléaire en menant les actions suivantes :

  • Nous contestons les affirmations de l’industrie : Nous produisons des documents démontrant les coûts réels et les menaces de l’électricité nucléaire que l’industrie cherche à cacher.
  • Nous faisons pression sur les politiciens : Au travers d’actions et d’interventions lors d’audiences, nous nous attaquons aux politiciens et aux organismes de contrôle pour les forcer à dire la vérité au public sur les coûts et les risques du nucléaire.
  • Nous informons le public : Nous cherchons à rejoindre les canadiens par nos actions, nos activités et nos évènements de presse en tentant de les informer sur les coûts et les menaces de l’énergie nucléaire et sur les vraies solutions à la crise climatique.

Les dernières mises à jour

 

Est-ce qu’un accident nucléaire pourrait se produire ici?

Blogue par Éric Darier, Directeur | 16 mars, 2011

À la lumière des événements dramatiques que vit actuellement le peuple japonais et notamment entourant la situation très préoccupante à la centrale nucléaire de Fukushima, voici des éléments de réponse à des questions de plus en plus...

Dernières nouvelles - Urgence nucléaire au Japon

Blogue par Keith Stewart | 15 mars, 2011

Blogue de Keith Stewart – Le mardi 15 mars 2011 Nos pensées accompagnent le peuple japonais, et notamment les 50 travailleurs qui cherchent désespérément à stabiliser les réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi. D’après les...

Japon : l’urgence nucléaire

Actualité | 12 mars, 2011 à 15:25

La catastrophe naturelle qui a frappé le Japon hier, a causé la défaillance de plusieurs réacteurs nucléaires de deux centrales situées dans la région de Fukushima, à environ 250 km au nord de Tokyo. La situation concernant les centrales...

Un déjeuner sur l’herbe...

Actualité | 18 août, 2010 à 11:16

Greenpeace a participé au déjeuner sur l’herbe en face de l’Assemblée nationale du Québec, le mercredi 18 août dernier, pour dire NON à un Québec nucléaire.

Le gouvernement Harper propose une subvention massive au profit de l’industrie nucléaire

Actualité | 15 novembre, 2009 à 17:00

Par la voix d’un nouveau rapport, Greenpeace dénonce le gouvernement Harper de s’attaquer aux victimes d’accidents nucléaires en déresponsabilisant de milliards de dollars l’industrie qui en est la cause. Un projet de Loi injuste et non-conforme...

56 - 60 de 67 résultats.

Tags