Être impliqué

Yaoundé, 11 juin 2020. Une demande de réduction d’impôt massive faite il y a deux semaines par l’association des exploitants forestiers GFBC n’a pas été incluse dans la révision de la loi de finances par le gouvernement du Cameroun. 

« L’industrie forestière n’a jamais fourni les emplois et la prospérité qu’elle avait promis partout où le bois est exploité », explique Ranèce Jovial Ndjeudja, responsable de la campagne Forêts de Greenpeace Afrique au Cameroun. « En lieu et place de cela, les concessions forestières sont devenues mondialement connues pour des violations généralisées des droits humains, une contribution mondiale à la destruction des forêts, et pour le rôle de cette destruction dans la propagation de maladies telles que la COVID-19 [1]. Il est absolument essentiel que le GFBC n’ait pas obtenu les allégements fiscaux qu’il souhaitait et que le gouvernement camerounais s’oppose fermement à de telles demandes à l’avenir », a ajouté Ndjeudja.

L’ordonnance présidentielle révisant la loi de finances pour l’année 2020 a été publiée un jour après que Greenpeace Afrique ait appelé le gouvernement du Cameroun à rejeter la demande du GFBC pour un changement dans le paiement de la redevance forestière annuelle, une réduction d’impôt de près de 50% de réduction des droits de douane sur les produits transformés bois (5,6% au lieu des 10% prévus par la loi de finances 2020) et la réduction de la Taxe d’Abattage au niveau de la loi de finances 2018 (réduction à 2,5% contre 4% comme prévu dans la loi de finances 2020). L’analyse montre que cette réduction n’a en effet pas été incluse dans la révision de la loi de finances. Néanmoins, les sociétés forestières devraient toujours bénéficier de la Taxe à l’Essieu (article 15, ligne 3 de l’ordonnance 2020), qui bénéficie plus généralement aux propriétaires de véhicules plus globalement et qui reste moins substantiel que les allégements fiscaux que le GFBC appelle de ses voeux.

« Ne pas céder au lobby des sociétés d’exploitation forestière, en particulier en ces temps de COVID-19, signifie plus de financement public disponible pour notre système de santé et nos infrastructures », a noté Ndjeudja. « Nous appelons le gouvernement à prendre appui sur cette crise pour se détourner stratégiquement du secteur de l’exploitation forestière et se tourner vers des secteurs vraiment durables tels que les énergies renouvelables et l’agriculture écologique. Nous nous attendons à ce que la loi de finances 2021, votée au Parlement en novembre, jette les bases d’une économie qui n’aggrave pas l’urgence climatique, ne menace pas la biodiversité ni notre santé », conclut Ranèce Ndjeudja.

Notes:

[1] See Razgour, O; White, R (2020). Emerging zoonotic diseases originating in mammals: a systematic review of effects of anthropogenic land-use change https://ore.exeter.ac.uk/repository/handle/10871/120649 ; Destroyed Habitat Creates the Perfect Conditions for Coronavirus to Emerge:

www.scientificamerican.com/article/destroyed-habitat-creates-the-perfect-conditions-for-coronavirus-to-emerge/?amp 

Contact:

Eddy Mbuyi, Regional Comms and Story Manager for Congo Basin, [email protected], +243-997414104Tal Harris, International Communications Coordinator, [email protected], +221-774643195