Local Girl in Cameroon. © John Novis
Want to do more?
Être impliqué ×

Contact: Volontariat-Action-Mobilité (VAM) asbl

Bureau de liaison : Avenue de la Mission, Nº409, Himbi II, Goma, Nord Kivu, RDC

Tel : +243994067354 – +243998767916 – +250786772165

E-mail : [email protected] 

Réf. 040/OSE/EBH /02/2021

Objet : Demande d’annulation des licences d’exploration et d’exploitation de pétrole dans le parc national des Virunga

A Son Excellence, Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo (avec nos hommages très différents)

Son Excellence,

Nous, membres de la société civile congolaise et organisations environnementales à base-communautaires du Nord-Kivu intervenant dans le Parc national de Virunga, réitérons encore une fois nos vœux auprès de votre Excellence, de prendre la décision d’annuler toutes les licences visant l’exploitation du pétrole dans le parc national de Virunga inscrit au  patrimoine mondial de l’UNESCO et du site RAMSAR ainsi que la décision du ministre des hydrocarbures Monsieur Ruben Mikindo  à mettre aux enchères prochaine de dix neuf blocs pétroliers dont 9 se trouvent dans cuvette centrale dont une partie est recouverte d’un grand complexe de tourbières crucial pour le climat mondial.  

L’exploitation du pétrole dans les tourbières et le Virunga est en violation de la l’Ordonnance-Loi 69-041 du 22 Août 1969 sur la conservation de la nature, les conventions internationales entérinées par la République Démocratique du Congo (RDC) et sape les tentatives internationales pour les tourbières dont le rôle dans la lutte contre le changement climatique n’est plus à démontrer. Elle menace l’immense et riche diversité d’écosystèmes de la région et cause de graves conséquences sur la santé et les moyens de subsistance des communautés riveraines. En dépit de la tendance mondiale à passer des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables, la RDC prendrait un chemin dangereux et non durable en autorisant l’exploration pétrolière alors que le pays souffre déjà des effets néfastes de l’épuisement de ses forêts tropicales.

Face à cette situation, la société civile environnementale et les organisations à base-communautaires du Nord-Kivu soutenues par certains partenaires internationaux ont initié une campagne citoyenne dénommée “Non à l’exploitation du pétrole dans Virunga”, et une pétition en ligne, demandant l’annulation des arrêtés pris, autorisant l’exploitation du pétrole dans les Virunga, la mise aux enchères de neuf blocs pétroliers dans les tourbières et tout au processus en-cours dans ce sens.

Il est malheureusement et fort surprenant que la République Démocratique du Congo, qui a souscrit au respect des prescrits des instruments juridiques nationaux et internationaux, en matière de la conservation de la nature, a craché sur ses engagements légaux, en attribuant aux compagnies pétrolières étrangères, des licences d’exploration et d’exploitation du pétrole, au sein de cette réserve naturelle, qui figure pourtant sur la liste de patrimoine mondial, et reconnu par l’UNESCO, depuis 1979, non seulement comme patrimoine mondial, mais aussi et surtout, en raison de ses habitats et d’une biodiversité extrêmement particulière et exceptionnelle.

La grande inquiétude du consortium des organisations de la société civile environnementale du Nord-Kivu, en particulier, du Congo et des défenseurs de l’environnement, à l’échelle mondiale, en général, provient du fait que l’Etat congolais qui s’opposait à toute forme d’exploitation des ressources naturelles dans le parc national de Virunga, a basculé, en  octroyant, depuis 2006, des permis d’exploration et d’exploitation couvrant 85% de la superficie de ce parc, au bénéfice  des compagnies pétrolières  étrangères.Et cela en violation de la législation nationale qui s’y opposait totalement. Ce manquement a été  souligné, relevé et reconnu par le ministre national de l’environnement et développement durable, lors de son interpellation à l’Assemblée nationale, en mai 2020. 

Pourquoi la société civile environnementale s’oppose à l’exploitation du pétrole dans Virunga ?

Il convient de rappeler ici que l’attribution des licences pour l’exploration et l’exploitation du pétrole aux compagnies pétrolières étrangères, par la République Démocratique du Congo, est une violation de sa propre constitution en son article 215 et les engagements souscrits aux termes de la convention sur les aires protégées et le patrimoine mondial l’UNESCO. 

Les tourbières stockent jusqu’à 30,6 milliards de tonnes de carbone, soit l’équivalent de 3 ans d’émissions de combustibles fossiles mondiale. Le complexe de tourbières fait des forêts de marais tourbeux du Bassin du Congo l’un des écosystèmes les plus denses en carbone de la planète, ce qui en fait un élément essentiel pour la stabilité du climat mondial.  

Pourtant, il est connu de tous, que le pétrole et ses dérivés est une énergie toxique qui occasionne une grande pollution avec des effets néfastes et très déplorables sur la biodiversité, tout en accélérant, au plus haut point, le réchauffement climatique et par conséquent les changements climatiques dont les conséquences fâcheuses  se répercutent très négativement sur la faune (populations animales),  la flore (la forêt), mais aussi et surtout sur les communautés  locales. Par ailleurs, cette perspective est porteuse de menaces pour le pays  comme, l’avait souligné le ministre de l’environnement en 2011: «les mépris pour les considérations environnementales dans l’octroie des droits de prospection, risque de nuire à l’image de la RDC » .   

Il y a lieu de constater dès lors, que les méfaits dus à l’exploitation du pétrole dans le parc national de Virunga et dans les tourbières a des risques majeurs, alors que les investissements dans la production d’énergie renouvelable, la pêche et l’écotourisme pourrait générer 1,1 milliard de dollars par an, et créer 45.000 emplois permanents à l’Etat congolais, selon le rapport du cabinet Dalberg Global Development Advisors.

Excellence, Monsieur le Président de la République, nous saisissons cette opportunité, pour vous encourager  à renforcer les actions de protection de l’environnement en initiant des projets d’énergie propre, qui évitent aux congolais, la pollution issue des combustibles fossiles.  

Excellence, Monsieur le Président de la République, l’attitude adoptée, par les  organisations  de la société civile environnementale du Nord-Kivu et du Congo relève uniquement du patriotisme et d’un esprit de protection de ressources naturelles pour les générations présentes et futures afin d’éviter que la République Démocratique du Congo, prenne un tournoi dangereux, en défaveur des communautés locales, de la faune et flore du parc national de Virunga.  

Veuillez croire, son Excellence, Monsieur le Président de la République, en l’expression de notre profond respect.  

Liste des organisations signataires 

Dynamique des Jeunes pour le développement Durable (DYJEDD)

Club des Etudiants en Sciences de l’Environnement (CESEN)

Syndicats Congolais des Énergies Vertes

Groupe de Travail Climat REDD

Commission Ressources naturelles de la CENCO

Club des Jeunes Ambassadeurs du Congo

Organisation des Jeunes Engagés pour le Développement Durable (OJEDD RDC)

l’Union pour la Promotion, la Défense des Droits  Humains et l’Environnement (PDDHE/GL)

Union des femmes Opprimées (UFO),

Ligue Nationale des Associations Autochtones Pygmées du Congo (LINAPYCO)

Youth Entrepreneurs coopération (YEC)

Association des Jeunes pour le Développement Communautaire  (AJDC)

Association de Développement Agricole Éducatif et Sanitaire (ADAES),

Syndicat Chrétien des Travailleurs du Congo (SCTC),

Appui aux Initiatives Communautaire de Conservation de l’Environnement et de Développement  Durable (AICED),

Programme d’Appui à la Lutte contre la Pauvreté pour l’Émergence et la Restauration d’un développement durable (PALPER asbl-RDC),

Programme pour le développement durable, l’environnement sain et les droits de l’homme (PRODDEDHO asbl),

Association de Développement pour la Paix et la Reconstruction en République Démocratique du Congo (ADPR-RDC asbl)

Forum global des chercheurs d’alternatives (FGCA)

Justice Plus Ituri 

Volontaire environnemental sans frontière (VESF)

Youth For our planet

Human Nature Projects

Young Men Action For Education

Jeunes Chefs d’Etats

Conseil Communal de la jeunesse de bagira

Corps des jeunes volontaires du sud Kivu

Global Youth Climate Network

Youth For Nature

Planète Verte

Fédération des comités des pêcheurs individuels du lac Edouard (FECOPEILLE)

Union des femmes des pêcheurs pour le développement intégré du parc (UFPDIP) 

Volontariat- Action- Mobilité (VAM asbl)

Action des femmes unies pour le développement au Congo (AFUDECO)

Association des vendeurs et transporteurs des poissons frais et fumés (AVTPF)

Association des mamans congolaises pour le développement (AMACOD)

Droits Environnements et Citoyenneté (DEC)

Associations des jeunes visionnaires pour le développement du Congo (AJVDC)

Action communautaire pour le développement intègre au Congo (ACODIC)

Association de développement pour le bien Être social (ADBVES asbl)

Action COmmunautaire contre la PAuvreté (ACOPA)

Femmes Engagées pour le Développement et la Paix (FEDP).

African Network of Young Leaders for Peace and Sustainable Development  (ANYL4PSD)  RDCongo

Synergie de femmes unies pour le développement et la paix (SYFUDP)

Oasis Africa Développement (OAD RDC)

Réserve Communautaire d’Oku (R.C.O asbl)

Africa Reconciled

Agir Ensemble

Femme Africaine pour le Paix et le Développement (FAPD) 

Greenpeace Africa

350 Africa

                                                               Ephrem Bwishe

                                          Coordonnateur VAM asbl

C.C: 

A  l’honorable Président du Sénat à Kinshasa

A l’honorable Président de l’Assemblée National à Kinshasa

A son  Excellence Monsieur le Gouverneur de la  Province  du Nord-Kivu

A son Excellence  Monsieur le Ministre Provincial  de l’environnement du Nord-Kivu

A l’honorable Président de l’Assemblée Provincial du Nord-Kivu

A son Excellence Monsieur le Ministre de l’environnement  et du développement durable à Kinshasa.