Le 23 Septembre 2021

Re: Menace imminente pour la forêt du bassin du Congo par la levée du moratoire de la RDC sur les nouvelles concessions forestières

Nous vous écrivons pour exprimer notre très grande inquiétude face à la levée imminente du moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières en République Démocratique du Congo (RDC), suite à l’adoption par le Conseil des Ministres d’un plan proposé par la Vice-Première Ministre et Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Eve Bazaiba.

Nous vous appelons, en tant que partenaires internationaux du gouvernement de la RDC à travers l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) et d’autres programmes d’aide, à agir rapidement pour mettre fin à cette grave menace pour la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et ses habitants.

Nous franchissons cette étape après que plusieurs grands groupes internationaux de défense de l’environnement et des droits humains ont écrit à vos représentants en RDC le 26 août, expliquant comment l’ouverture de certaines des dernières forêts tropicales intactes du monde à l’exploitation forestière industrielle serait un désastre absolu pour le climat, la biodiversité, l’Etat de droit et les droits humains des communautés forestières.

Toute levée du moratoire, qui pourrait mettre en péril une zone de forêt tropicale grande comme la France, pourrait également augmenter le risque de futures épidémies de maladies zoonotiques telles qu’Ebola et éventuellement COVID-19.

Ce plan intervient juste au moment où plusieurs d’entre vous intensifient leurs engagements pour protéger la forêt du bassin du Congo à coup de centaines de millions de dollars du contribuable. Ne pas agir maintenant serait une grave trahison pour des dizaines de millions de Congolais ruraux dont les droits sont touchés, les objectifs climatiques de Paris et les efforts mondiaux pour se mettre d’accord sur un cadre ambitieux de biodiversité pour l’après-2020. À une époque où le monde connaît des événements climatiques de plus en plus sévères et se trouve au bord d’une sixième extinction massive d’espèces, votre silence maintenant enverrait un très mauvais message avant les négociations de Glasgow et de Kunming.

Au début d’une décennie que la communauté internationale s’est engagée à consacrer à la restauration des écosystèmes, la RDC est sur le point de lancer une ère de dégradation écologique d’une échelle effroyable. Toute expansion de l’exploitation forestière industrielle saperait également plusieurs initiatives soutenues par vos gouvernements pour protéger les forêts tropicales, telles que la proposition de loi de l’UE sur les produits de déforestation importés, ainsi que la promotion de la foresterie communautaire dans la région.

CAFI et ses membres doivent conditionner la signature de tout nouvel accord avec le gouvernement de la RDC à un engagement contraignant de prolonger le moratoire jusqu’à ce que :

  • L’industrie forestière existante a manifestement été maîtrisée par, entre autres, l’annulation de tous les titres illégaux et la publication de la propriété effective des concessions.
  • Il y a eu une évaluation transparente et crédible de la gouvernance forestière en RDC par rapport au cadre de gouvernance forestière ProFor/FAO, qu’un plan d’action a été mis en place pour remédier aux lacunes constatées dans cette évaluation, des programmes élaborés et mis en œuvre pour réaliser le plan d’action, et des progrès substantiels ont été réalisés par rapport au cadre, vérifiés par une évaluation ultérieure.
  • Il y a une clarification et un renforcement de ce qui est nécessaire pour remplir la condition du décret  de 2005 pour la levée du moratoire relative à la programmation géographique des futures zones de concession afin qu’elle implique une planification participative et multisectorielle de l’utilisation des terres et soit cohérente avec les autres réformes soutenues par CAFI.

Signataires :

Kenneth Nana Amoateng, AbibiNsroma Foundation
Harrison Nnoko Ngaaje, AJESH (AJEMALEBU SELF HELP)
Gustavo Sánchez Valle, AMPB (Alianza Mesoamericana de Pueblos y Bosques)
Blaise Mudodosi, APEM (Actions pour la Promotion et Protection des Peuples et Espèces Menacés)
Wolfgang Kuhlmann, ARA, Germany
Annette Lanjouw, Arcus Foundation
Dr. Angela Meder, Berggorilla & Regenwald Direkthilfe
Almuth Ernsting, Biofuelwatch
Jettie Word, The Borneo Project
Théophile GATA DIKULUKILA, CAGDFT (Centre d’ Appui à la Gestion Durable des Forêts Tropicales)
Sylvain Angerand, Canopée
Tamara Stark, Canopy
Samuel Nguiffo, Centre pour l’Environnement et le Développement (CED)
Peter Lukamba, Congolese Resources Institute (CRI)
Patrick SAIDI HEMEDI, DGPA (Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones)
Sam Lawson, Earthsight
Cath Long, Forest Peoples Programme
Evelyn Schönheit & Jupp Trauth, FÖP (Forum Ökologie & Papier)
Friedrich Wulf, Forum Environment and Development
Randy Hayes, Foundation Earth
Ariel Rogers, Friends of Bonobos
Julien MATHE WA MUHIMA, GASHE (Group d’Action pour Sauver l’Homme et son Environnement)
Irène Wabiwa Betoko,  Greenpeace Africa 
Jo Blackman, Global Witness
Deborah S. Rogers, Initiative for Equality
Maarten Visschers, Leefmilieu
Danielle van Oijen, Milieudefensie
Joshua Castellino, Minority Rights Group International 
Buthelezi Kambale Kakevire, PREPPYG asbl (Association Paysanne pour la Réhabilitation et Protection des Pygmées)
Jan Willem van Gelder, Profundo
Hermann Edelmann, Pro REGENWALD
Tørris Jæger, Rainforest Foundation Norway 
Suzanne Pelletier, Rainforest Foundation US
Joe Eisen, Rainforest Foundation UK
Gustavo Sánchez Valle, Red MOCAF (Red Mexicana de Organizaciones Campesinas Forestales)
Cécile Ndjebet, REFACOF (Réseau des Femmes Africaines pour gestion Communautaire des Forêts)
Dr. Rainer Putz, Regenwald-Institut e.V.
François BILOKO, Réseau CREF (Réseau pour la Conservation et la Réhabilitation des Ecosystèmes Forestiers)
Klaus Schenk, Rettet den Regenwald e.V. – Rainforest Rescue
Patrick KIPALU KONGO, Rights and Resources Initiative
Barbara Davies-Quy, Size of Wales
Konrad Rehling, Südwind
Francisco Ferreira (President of the Board), ZERO – Associação Sistema Terrestre Sustentável

Local Girl in Cameroon. © John Novis Être impliqué ×