Kinshasa, 23 septembre 2021 – Alors que les donateurs internationaux se préparent à annoncer un prétendu accord de protection des forêts d’un milliard de dollars avec la République démocratique du Congo, le gouvernement de la RDC envisage de lever un moratoire sur les nouvelles concessions d’exploitation forestière qui menace certaines des dernières forêts tropicales intactes de la planète.

Dans une lettre aux pays donateurs, plus de 40 ONG internationales et congolaises demandent que le financement futur de la protection des forêts en RDC soit conditionné au renouvellement du moratoire en vigueur depuis 2002.

La levée du moratoire  mettrait en danger une zone de forêt tropicale de la taille de la France, entraînant des accaparements de terres, des conflits sociaux et l’exacerbation des crises climatiques et de la biodiversité.

« Nous sommes au bord du précipice d’un échec historique à protéger l’une des plus grandes forêts tropicales du monde – et peut-être la dernière servant encore de puits de carbone. Toute expansion – plutôt qu’une réduction de l’exploitation forestière industrielle – entraînera inévitablement une « cascade de déforestation » qu’on ne pourra stopper, menaçant des millions d’hectares de forêt et les communautés qui en dépendent. » a averti Joe Eisen, directeur exécutif de Rainforest Foundation UK.

À moins de six semaines des négociations internationales cruciales sur le climat à Glasgow, des dizaines d’organisations environnementales et de défense des droits humains, dont Rainforest Foundation UK, Greenpeace Afrique et la Dynamique des Peuples Autochtones de la RDC (DGPA), appellent les gouvernements donateurs à intervenir.

L’exigence que tout nouvel accord avec le gouvernement de la RDC soit conditionné à un engagement contraignant à prolonger le moratoire est détaillée dans une lettre envoyée aujourd’hui aux ministres du développement, de l’environnement et des affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Corée du Sud, et du Royaume-Uni, ainsi que la Commission européenne. Ce sont tous des membres de CAFI (Initiative pour la forêt de l’Afrique Centrale), qui négocie l’accord de protection des forêts avec le gouvernement de la RDC.

« L’exploitation forestière industrielle met les peuples autochtones et les communautés locales en danger de déplacement et des pans de la biodiversité sont menacés de manière existentielle. Si les gouvernements donateurs accordent un soutien inconditionnel à l’exploitation forestière, cela mettra la forêt en danger à une échelle apocalyptique. Cela enlèverait les derniers lambeaux de crédibilité à la COP26 », a déclaré Irène Wabiwa, cheffe de projet international pour la forêt du bassin du Congo à Greenpeace Afrique.

La lettre des ONG intervient après que le conseil des ministres, présidé par le Président de la RDC Félix Tshisekedi, a adopté la proposition de la vice-première ministre et ministre de l’Environnement Eve Bazaiba de lever le moratoire en juillet dernier.

FIN

Notes aux éditeurs :

Pour plus d’informations et des interviews ou pour des photos et des images de la forêt tropicale du bassin du Congo :

Tal Harris,
coordinateur des communications internationales chez Greenpeace Afrique
[email protected]

Jak Wagnon,
responsable de la communication à la Rainforest Foundation UK 
[email protected]

Local Girl in Cameroon. © John Novis Être impliqué ×