Rien n’est comparable à la sensation de se réveiller le matin (plusieurs heures avant le réveil habituel), nerveuse et excitée à l’idée de la journée qui s’annonce. Vous vous demandez si vous pouvez manger quelque chose de si tôt le matin, mais vous savez que vous aurez besoin d’énergie pour la journée, alors vous grignotez une banane ou un morceau de pain grillé tout en sirotant un café. Les listes sont vérifiées les unes après les autres – la dernière chose qu’un militant souhaite est de laisser sa banderole derrière lui ou d’être le seul à ne pas avoir de combinaison. 

Sur le chemin du site, vous essayez d’apercevoir le lever du soleil, ce qui n’est généralement possible que le jour du Nouvel An à la plage. Vous arrivez enfin sur le site, évaluez la situation et revoyez le plan une dernière fois. En attendant l’heure du départ, vous regardez vos camarades militants et essayez de faire une blague pour alléger le silence du petit matin, tout en réalisant que le café n’était pas le meilleur choix pour le petit-déjeuner. Après ce qui semble être une éternité, c’est enfin le moment de partir, vous et l’équipe vous vous dirigez vers la base des mâts et regardez la tâche qui vous attend en pensant : ” Ouah ! “A quoi pensions-nous ?” C’est un objectif ambitieux, mais vous avez la foi et la confiance en vos camarades militants pour y arriver. 

Au fur et à mesure que nous remontons les cordes, un par un, tout ce qui nous entoure s’évanouit et nous nous concentrons sur la tâche à accomplir. Vous ne pensez pas au fait que vous êtes à 20 mètres du sol, vous ne voyez pas les agents de la circulation en bas ou le camion de pompiers au loin, vous ne pensez pas aux voitures en bas et à ce que leurs passagers peuvent penser, et même les effets du café semblent avoir disparu. Après des années d’entraînement et de pratique pour ce moment, la sueur commence à couler sur votre front alors que vos élingues glissent plus que vous ne semblez grimper et que le harnais s’enfonce dans vos côtes, mais vous vous donnez à fond dans chacun de vos mouvements. 

Lorsque vous avez fait quelques progrès, vous regardez vos camarades militants et vous voyez la détermination dans leurs yeux, ce qui vous donne la force et l’énergie de continuer, mais vous vous rappelez alors que vous avez emporté des collations, vous buvez une gorgée d’eau et pour la première fois, vous regardez autour de vous et vous réalisez que vous êtes en train d’escalader l’une des structures les plus monumentales de Johannesburg, le pont Nelson Mandela, le soleil est levé, la route a été bloquée, il y a beaucoup plus d’agents de la circulation, le camion de pompiers est arrivé et tous les yeux sont rivés sur vous. 

Avec un nouvel élan d’énergie, vous continuez et vous avez enfin un système qui fonctionne et qui vous fait progresser beaucoup plus et vous semblez prendre de la hauteur. Les grimpeurs discutent et nous nous rendons compte que nous n’aurons pas toute la journée pour grimper au sommet et nous décidons donc d’accrocher l’énorme bannière même si nous ne sommes pas encore tout à fait au sommet. Un sentiment de soulagement se fait sentir tout autour de nous et nous nous regardons les uns les autres avec des sourires radieux, sachant que nous avons accompli ce que nous avions prévu de faire. Vous prenez un moment pour réaliser ce que vous venez de faire avec la force et le courage de vos camarades militants pour lutter pour les droits de l’environnement et de vos concitoyens sud-africains.

Vous pensez tout de suite que le socle n’était pas assez solide pour supporter le poids et le vent, mais vous vous rendez compte que votre banderole a été déchirée par quelqu’un en dessous afin de se débarrasser de la bannière et du message que nous essayons de transmettre. Votre cœur se serre en réalisant que toute la préparation, l’entraînement, les nuits blanches, les heures d’escalade n’ont servi qu’à quelques secondes et vous priez pour que le photographe ait pu prendre une bonne image. 

Vous vous sentez impuissant, suspendu au-dessus de Jozi, et vous regardez les bandes de la banderole tomber au sol, mais vous entendez alors “AMANDLA !” et vous voyez votre équipier le poing levé en l’air et vous dites “AWETHU !” et vous vous rappelez que vous n’êtes pas seul, que nous avons la force du nombre et que peu importe le nombre de banderoles qu’ils coupent, de manifestations qu’ils essaient de faire taire, de militants qu’ils arrêtent, de faits qu’ils nient, nous ne cesserons pas de nous dresser contre ceux qui continuent à détruire notre environnement et à faire passer le profit avant les gens.

Diana Waters

Climate Protest at COP 17. © Shayne Robinson Être impliqué ×