Vancouver – L’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA) a annoncé aujourd’hui le résultat de la réunion UNEA-5.2, qui s’est clôturée par l’adoption d’un mandat pour ouvrir des négociations en vue d’un traité mondial juridiquement contraignant sur les plastiques. Il porterait sur l’ensemble du cycle de vie de la pollution plastique dans l’environnement. Les négociations devraient débuter plus tard cette année. 

En réponse à l’annonce d’aujourd’hui, Sarah King, responsable de la campagne Océans et plastiques chez Greenpeace Canada, a déclaré : 

« Un accord pour négocier un traité mondial sur les plastiques est un point de bascule dans la crise de la pollution plastique que des millions de personnes à travers le monde attendaient. Le mandat de considérer le cycle de vie complet du plastique, de l’extraction des combustibles fossiles à l’élimination, signifie que les gouvernements mondiaux ont la possibilité d’enrayer réellement les déchets et la pollution avant même qu’ils ne soient créés. Cette décision envoie un signal fort aux grandes compagnies pétrolières et aux grandes entreprises : il est temps de penser au-delà du plastique et d’orienter leurs modèles économiques vers la recharge et la réutilisation, au lieu de promouvoir le mythe du recyclage et les fausses solutions « zéro déchet » comme le recyclage avancé. Jusqu’à la signature d’un traité mondial fort qui donne la priorité à la réduction et à la réutilisation, Greenpeace et ses alliés continueront à faire pression pour l’avenir sans plastique dont notre planète à tant besoin.

Bien que le Canada ait fait preuve de leadership en insistant sur la nécessité d’un traité mondial sur les plastiques, c’est maintenant au ministre Guilbeault de s’assurer que la réduction globale des plastiques et la mise à l’échelle des systèmes alternatifs de réutilisation-remplissage sont les priorités au niveau mondial et national. Il est urgent de s’éloigner des plastiques inutiles sous toutes leurs formes et de mettre la justice au centre de la transition vers l’économie sans déchets plastiques que le gouvernement fédéral s’est fixé comme objectif. Continuer de soutenir  le règne du plastique qui perpétue notre système brisé et dépendant aux combustibles fossiles ne fera que nous maintenir dans ce triangle de déchets, de pollution et de crise climatique. »

-30-

Pour plus d’informations, contactez :

Brandon Wei, Conseiller aux communications, Greenpeace Canada

[email protected]eenpeace.org ; +1 778 772-6138