#Biodiversité #Pollution

Écrivons un futur sans plastique

S'engager

Greenpeace déplore le manque d’action internationale pour lutter contre cette pollution dans les océans.

En réaction à la découverte samedi dernier aux Philippines d’une baleine échouée dont la mort a vraisemblablement été causée par l’ingestion de 40 kilos de sacs et déchets de plastique, Pauline Maes, chargée de communication pour Greenpeace Luxembourg, a déclaré :

« Une autre baleine est morte, l’estomac rempli de déchets plastiques à usage unique, pendant qu’à travers le monde nous continuons d’ignorer l’impact de notre dépendance au plastique sur les océans et la vie marine. Si les effets de la pollution plastique sont plus visibles en Asie du Sud-Est, ne nous méprenons pas, il s’agit bien d’une crise mondiale. 

Le seul moyen de lutter efficacement contre la pollution plastique est d’interdire la production de plastique à usage unique et de demander à des entreprises telles que Coca-Cola, Pepsi et Nestlé d’agir à la source en réduisant de manière significative leur production d’emballages plastiques jetables. Laisser ces multinationales poursuivre leurs activités comme si de rien n’était nous rend tous responsables de la mort de cette baleine et des innombrables autres espèces qui souffrent et meurent dans les océans. »

Cette baleine s’est échouée quelques heures seulement après que plusieurs pays, incluant les États-Unis, ont réussi à bloquer des propositions ambitieuses de lutte contre la pollution plastique à la source lors de la conférence des Nations Unies sur l’environnement à Nairobi la semaine dernière. Des pays du monde entier recommandaient, lors de cette conférence,  de fixer des limites de réduction claires et un engagement à éliminer progressivement les plastiques à usage unique d’ici 2025. Malgré leur ferme volonté, les États-Unis ont activement œuvré pour imposer des propositions plus faibles et non contraignantes qui ont finalement été adoptées.

Ce n'est malheureusement pas un cas unique : Ce cachalot avec 6 kg de plastique dans le ventre a été retrouvé échoué sur une plage en Indonésie en novembre 2018.

Ce n’est malheureusement pas un cas unique : Ce cachalot avec 6 kg de plastique dans le ventre a été retrouvé échoué sur une plage en Indonésie en novembre 2018. © WWF Indonesia / Kartika Sumolang