magazine / mars 2012

Eva : « je me vois encore activiste à 60 ans »

Mon "contrat" avec Greenpeace ? A durée indéterminée !

Mon "contrat" avec Greenpeace ? A durée indéterminée !

Greenpeace/Dirven

Depuis six ans, Eva participe aux actions de Greenpeace. Nous avons posé cinq questions à cette jeune femme déterminée à protéger l'environnement.

Faites comme Eva... Participez aux actions de Greenpeace

Ta participation aux actions : coup de tête ou décision réfléchie ?
Je soutiens Greenpeace depuis 1992. Lorsque, à 16 ans, j'ai commencé à réfléchir davantage sur le sens de la vie, j'ai voulu devenir activiste mais il fallait à l'époque avoir 25 ans (aujourd'hui, on peut l'être à 18 ans). J'ai alors décidé, d'abord, de finir mes études, pour ensuite pouvoir libérer suffisamment de temps pour participer aux actions. C'est notamment pour cette raison que je travaille à 4/5 temps.

Greenpeace est une organisation crédible

Ton « contrat » avec Greenpeace : durée déterminée ou indéterminée ?
A durée indéterminée ! Même si ce sera peut-être plus difficile à certains moments de ma vie (si par exemple j'ai des enfants), j’essaierai toujours de libérer du temps pour les actions. Le groupe est jeune mais certains activistes ont déjà un certain âge. C'est génial, non ? Je m'image bien à 60 ans bloquant un transport nucléaire même si j'espère que d'ici là, ces transports feront partie du passé...

Ta préférence : escalader une cheminée ou bloquer une entreprise ?
Bloquer une entreprise. Je trouve que les grimpeurs font un boulot fantastique mais pour ma part, j'ai le vertige ! Le message de Greenpeace ne serait pas aussi visible et clair sans les banderoles que les grimpeurs déroulent du haut d'un bâtiment.

Ta valeur phare : la non-violence ou l’indépendance de Greenpeace ?
Les deux : ce sont selon moi les deux principales caractéristiques de l'organisation. Je pense que la non-violence est la seule manière de convaincre une personne à revoir sa stratégie, si nécessaire. Du fait que Greenpeace est indépendante, elle est crédible aux yeux d'une grande partie de l'opinion publique. C'est un grand plus : Greenpeace peut compter sur le soutien de près de 100.000 sympathisants, ce qui la renforce fortement lorsqu'il s'agit de convaincre les autorités de faire les bons choix ou de faire contrepoids aux grandes entreprises polluantes.

Ton métier : l’écologie y domine ou est reléguée au second plan ?
L'écologie est importante. J'essaie d’œuvrer à un urbanisme et à un aménagement du territoire durables. Lors de mon job précédent (ndlr : auprès de VIBE, point d’information et de formation concernant la construction bio-écologique en Flandre), j'ai participé à la rédaction d'un livre sur ce thème.

 

Elle s'engage : Eva Heuts

Eva Heuts

  • Age : 32
  • Fonction : urbaniste
  • Hobby : l'art sous toutes ses formes (musique, théâtre, sculpture), films alternatifs, randonnées en montagne...