magazine / octobre 2012

Shell et Gazprom abandonnent leurs forages en Arctique

Nos militants affrontent les canons à eau de Gazprom, géant russe du pétrole.

Nos militants affrontent les canons à eau de Gazprom, géant russe du pétrole.

© Denis Sinyakov / Greenpeace

Notamment pour des raisons de sécurité, Gazprom et Shell ont décidé de renoncer à leurs forages pétroliers en Arctique pour cette année.

Faites un don maintenant Nous avons besoin de vous

Durant les mois qui ont précédé ces décisions, Greenpeace a mené de nombreuses actions en Arctique. Voir la vidéo d'une de nos actions (en anglais).

Nous avons notamment mis le doigt sur les dangers liés à l'extraction pétrolière dans cette partie du monde. Comment par exemple venir à bout d'une marée noire alors que les secours ne savent que très difficilement atteindre la région ?

Grâce à votre soutien, nous avons non seulement mené des actions en Arctique mais aussi, devant les sièges des multinationales. Vous êtes par ailleurs près de 2 millions à demander que les Nations unies votent une résolution pour faire de l'Arctique une zone interdite à toute exploitation industrielle. La décision de Shell et de Gazprom d'abandonner leurs opérations en Arctique pour cette année est une très bonne chose. Mais plus que jamais, l'Arctique reste menacée : restez à nos côtés pour la protéger.

-La fonte de la banquise vient d'atteindre un nouveau record, selon les scientifiques du National Snow and Ice Data Centre. Si la tendance se poursuit, le pôle Nord sera bientôt libéré des glaces en été. Ce qui facilitera encore plus l'accès de la région aux compagnies pétrolières.
-Shell et Gazprom comptent reprendre leurs opérations de forage au pôle Nord dès 2013.