magazine / décembre 2012

Des mannequins de Zara se révoltent contre les substances toxiques

Actions à l'encontre de Zara aux quatre coins du monde : ici rue Neuve, à Bruxelles.

Actions à l'encontre de Zara aux quatre coins du monde : ici rue Neuve, à Bruxelles.

© Dirven/Greenpeace

24 novembre : aux quatre coins du monde, les mannequins de Zara se croisent les bras. Ils exigent de la plus grande chaîne mondiale de la mode qu'elle "détoxifie" au plus vite sa ligne de production de vêtements. Une action qui porte ses fruits !

Detox Après Zara, c'est à Levi's d'agir !

Il n’a pas fallu plus de huit jours depuis le lancement des actions pour que le leader mondial de la mode fasse un pas dans la direction d’une mode non toxique : Inditex, la maison mère de ZARA, éliminera toute substance chimique dangereuse de sa chaîne de production d’ici 2020.

Inditex ne pouvait ignorer l’appel de 300.000 consommateurs inquiets, sans parler des milliers de tweets lancés partout dans le monde ou des innombrables commentaires postés sur Facebook. Dans la seule journée du samedi 24 novembre, quelque 700 bénévoles se sont rassemblés dans 20 pays pour y mener des actions devant des magasins Zara. Un défilé a même été organisé à la rue Neuve, à Bruxelles. Ces actions avaient été précédées d’autres à Hong-Kong, Budapest, Genève, Hamburg et bien sûr Madrid.

Les dessous toxiques de la mode

Les résultats des échantillons de vêtements analysés par Greenpeace sont éloquents : certains articles de Zara contiennent des éthoxylates de nonylphénol. Au contact de l’eau, ils se dégradent en substances perturbatrices du système hormonal. Des traces d'amines cancérigènes, qui résultent de l'utilisation de teintures, ont également été décelées. Ces substances contaminent l'eau tant au moment de la fabrication du vêtement, en Chine ou au Mexique, que lors de son passage en machine. D'autres marques comme Levi’s, C&A et Mango sont également pointées du doigt dans l'étude de Greenpeace : Les dessous toxiques de la mode.

Detox passe à la vitesse supérieure

Depuis le lancement de la campagne Detox en 2011, Zara est la huitième marque à s’engager à dépolluer sa production. L'objectif est d'exiger des grandes marques de la mode et de leurs fournisseurs qu'ils éliminent toute substance dangereuse de leur chaîne de production d’ici 2020. 

Si Zara peut s’engager en faveur d’une mode non toxique, qu’attendent donc les autres à prendre un engagement similaire ? Il est temps que des marques comme Esprit, GAP, Levi’s et Victoria’s Secret lui emboitent le pas...

A suivre.