magazine / mars 2013

Ups and Downs

Favoriser l'efficacité énergétique

UP - Réacteurs fissurés et à l'arrêt, réacteurs qui doivent fermer en 2015, hivers rigoureux et une demande d'électricité qui grimpe durant les heures de pic... La Belgique risque-t-elle des problèmes d'approvisionnement ?  Non, mais il est temps de penser à l'avenir.

UP - Greenpeace a  tuyauté le gouvernement en lui rappelant l'immense potentiel de l'efficacité énergétique. Les conclusions d'une nouvelle étude du bureau 3E sont éloquentes : à court terme, l'efficacité énergétique peut assurer notre approvisionnement en électricité.

UP - Loin d'être exhaustive, l'étude a sondé les économies possibles en modifiant légèrement les comportements dans trois secteurs :  les ménages, le tertiaire et l'industrie. A elles seules, ces adaptations évitent la consommation de 1.116 mégawatts. Ce qui correspond à la production des deux petits réacteurs nucléaires de Doel 1 et Doel 2.

UP - Concrètement, le remplacement partiel des appareils de chauffage électrique pour les ménages et l'utilisation d'un éclairage performant pour les bâtiments du secteur tertiaire permettent déjà d'importantes économies !

UP - Une étude plus large, réalisée quelques années plus tôt, mettait déjà en évidence le fait que 9,5 milliards de kWh pouvaient être épargnés chaque année, soit le double de l'étude 3E. Le potentiel de l'efficacité énergétique est gigantesque et prouvé. Pourquoi le gouvernement l'ignore-t-il ? 

Pour sortir du nucléaire

DOWN - En Belgique, les citoyens sont insuffisamment protégés contre les conséquences d'un accident nucléaire. Non seulement notre petit pays est parmi les plus nucléarisés au monde, il est aussi l'un des seuls où les centrales nucléaires sont situés aussi près des grandes villes. Dans un rayon de 30 km de Doel et de Tihange vivent respectivement 1,5 million et 840.000 personnes.

DOWN - Suivant le plan d'urgence nucléaire fédéral, seules les personnes vivant dans un rayon de 10 km seraient évacuées en cas de catastrophe. Ce qui exclut par exemple les habitants d'Anvers, à 12 km de Doel, et de Liège, à 22 km de Tihange.

DOWN - Pour rappel, à Fukushima, des personnes vivant à plus de 80 km du réacteur sinistré ont été évacuées. Croire qu'un « Fukushima » est exclu en Belgique est illusoire...

DOWN - Il est grand temps d'actualiser le plan d'urgence nucléaire. Concrètement, l'ensemble du territoire belge doit être organisé en tant que zone potentielle d'urgence nucléaire et d'intervention. Et des mesures doivent être prises pour organiser au mieux l’évacuation, l'accueil et le relogement de centaines de milliers de personnes si l'impensable devait se produire.

DOWN - Autre aberration : alors que le gouvernement omet de protéger comme il se doit ses citoyens, il envisage de redémarrer des réacteurs fissurés... C'est de la négligence coupable !