Connaissez-vous les microbilles ? Ce sont des petites particules en plastique, d’un diamètre inférieur à 5 millimètres, que l’on retrouve dans de nombreux produits cosmétiques vendus à travers le monde. Presque invisibles à l’œil nu, ce sont elles qui donnent la texture aux gels douches, dentifrices et autres produits de soin pour le corps que l’on utilise dans la vie quotidienne. Un simple tube de crème pour le visage peut en contenir jusqu’à 360.000 ! Cela signifie que le simple fait de se laver, ou de se brosser les dents, amène inconsciemment l’utilisateur à rejeter des milliers de ces billes en plastique dans l’environnement.

Les microbilles sont assez fines pour voyager dans votre tube digestif, et passer à travers tous les systèmes de filtrage pour aboutir dans les rivières et les océans. Elle sont régulièrement ingurgitées par des oiseaux et autres animaux marins. Il n’est pas rare de les retrouver in fine dans la chaîne alimentaire.

Après avoir trouvé des traces de microplastique dans 170 échantillons de fruits de mer, Greenpeace a décidé de tester 30 marques de produits cosmétiques et de les ranger dans un classement. Bien que toutes les sociétés interrogées nous aient assuré tenir compte du problème de la pollution au plastique, aucune d’entre-elles n’a été capable de respecter les standards mis en place par Greenpeace. Leur potentiel de contamination au plastique demeure intact. Et même de bons élèves comme Beiersdorf, qui prétend avoir supprimé toutes les microbilles de ses produits, n’a en réalité supprimé qu’un seul type de plastique: le polythene. D'autres plastiques restent potentiellement présents.


 

Les effets néfastes des microbilles sont désormais connus de tous, et de nombreux fabricants de cosmétiques se sont engagés à les bannir. Pour autant, il reste difficile pour le consommateur de les éviter complètement. Car si certaines marques se vantent d’avoir supprimé les microbilles de leurs produits, chacune a sa propre définition de ce qu’est une microbilles. Certaines sont invisibles à l’œil nus. On les retrouvent sur les étiquettes des produits cosmétiques sous les noms de polyethylene, polypropylene ou encore polystyrene.

Que pouvez-vous faire ?

Comment pouvons-nous éviter, à l’avenir, de retrouver ces maudites billes de plastique dans nos océans ? La solution est simple : nos gouvernements doivent se saisir du problème et interdire purement et simplement l’usage de microparticule en plastique dans les produits cosmétiques. La bonne nouvelle, c’est que le processus est déjà en cours. Les Etats-Unis ont en effet annoncé en janvier de cette année que les microbilles seraient désormais interdites chez eux. D’autres pays devraient suivre car la campagne bat son plein aux quatre coins du monde. En attendant, vous pouvez agir en consommateur responsable en choisissant des marques qui n’utilisent pas de microbilles. Consultez le Good Scrub Guide ou téléchargez l’application Beat the Microbead sur votre téléphone.