Être impliqué

Communiqué de presse

Dakar, le 22 juin 2020 – Plus de 120 experts de la santé de dix-huit pays, dont plusieurs d’Afrique, ont signé aujourd’hui une déclaration assurant que l’utilisation de contenants réutilisables est sans danger pendant la pandémie de Covid-19. Les experts – rejoints par Greenpeace USA et UPSTREAM, membres du mouvement Break Free From Plastic – réfutent les allégations de l’industrie du plastique selon lesquelles les emballages et produits jetables sont intrinsèquement plus sûrs et soulignent que les systèmes réutilisables peuvent être utilisés en toute sécurité par le public et les détaillants si les règles d’hygiène de base sont respectées.  

“Le plastique à usage unique n’est pas intrinsèquement plus sûr que les produits réutilisables et pose des problèmes supplémentaires de santé publique une fois qu’il est jeté. La promotion de plastiques à usage unique est inutile et ne réduit pas pour autant l’exposition à la COVID-19. L’utilisation des plastiques à usage unique impacte plus négativement  l’environnement, la vie marine et les systèmes aquatiques que l’utilisation sûre de masques, récipients et ustensiles réutilisables », a déclaré l’épidémiologiste  sud-africain Rico Euiridou.

La déclaration a été approuvée par des médecins, scientifiques, universitaires, et spécialistes de la santé publique et des emballages alimentaires du monde entier. Ils affirment que les désinfectants ménagers se sont avérés efficaces sur les surfaces dures, comme celles des produits réutilisables. Cette déclaration intervient dans un contexte de pandémie dans lequel on note plusieurs suspensions temporaires sur les interdictions de plastiques à usage unique  dans le monde  et une augmentation du refus de commercialisation des produits réutilisables dans les commerces.

“Il est encourageant de constater que malgré la pandémie actuelle de Covid-19, des progrès sont réalisés ici au Sénégal pour réduire les plastiques à usage unique », a déclaré Awa Traoré, chargée de la campagne océans de Greenpeace Afrique. « Il est important  que les entreprises et les gouvernements soient convaincus du fait  qu’à la reprise complète de leurs activités économiques post-covid , que des systèmes alternatifs d’utilisation des articles réutilisables peuvent être mis en place et déployés en toute sécurité pour protéger à la fois l’environnement, les travailleurs et les consommateurs. Pour se faire, il faudra tout simplement veiller à respecter les règles d’hygiène de base édictées par les autorités sanitaires”. .

Tout au long de la pandémie de COVID-19, l’industrie du plastique s’est investi pour accroître  son profit en diabolisant l’utilisation des produits réutilisables. À la suite d’une vaste campagne de relations publiques menée par l’industrie du plastique, les interdictions existantes sur les plastiques à usage unique ont été suspendues sur la base d’anciennes recherches autofinancées pour affirmer que les produits réutilisables seraient plus dangereux que les produits à usage unique en période de pandémie.

« Au cours des derniers mois, de nombreuses informations contradictoires ont circulé sur la façon dont le virus se propageait, mais nous savons maintenant que les surfaces ne sont pas le principal moyen d’exposition au virus », a déclaré Matt Prindiville, PDG de UPSTREAM – une association à but non lucratif qui propose des solutions innovantes pour lutter contre la pollution plastique.  « Le plastique nuit à notre santé tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Fort heureusement, la COVID-19 est facilement détruite par un lavage adéquat. De ce fait,  les restaurants, les épiceries et autres commerces  peuvent  continuer à utiliser les articles réutilisables sans nuire à  notre  santé et  environnement ». La déclaration signée par les experts de la santé (en anglais) : https://bit.ly/2zRsqZ0

Contact médias

Christina Koll, Greenpeace International Communication Officer, +45 28109021, [email protected] 

Awa Traoré, Oceans Campaigner at Greenpeace Africa, +221-776898608, [email protected]