Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP) considère que la pollution est l’une des trois menaces auxquelles notre planète fait face, avec la crise climatique et le recul de la nature. Le plastique occupe la première place parmi toutes les sources de pollution et de déchets. 

Chaque année, les humains produisent 300 millions de tonnes de déchets plastiques, et 11 millions de tonnes finissent par se retrouver dans l’océan – qui devraient presque tripler d’ici 2040 sans action urgente et à grande échelle.

Dans mon pays, le Sénégal, les pêcheurs artisans et les femmes qui transforment le poisson n’ont pas besoin des rapports de l’ONU pour savoir que cette crise est réelle. Les plages et les eaux qui étaient vierges il n’y a pas si longtemps sont maintenant infestées de sacs en plastique, d’emballages alimentaires, d’équipements médicaux, de bouteilles et de bouchons d’eau et de déchets provenant des cargos.

Le Sénégal n’est pas le seul dans ce cas : chaque recoin urbanisé d’Afrique s’est retrouvé envahi par le plastique en quelques décennies seulement. La pollution plastique frappe de manière disproportionnée les groupes marginalisés et elle frappe également de manière disproportionnée les pays à faible revenu.

Cet assaut contre notre océan, notre source de vie et de subsistance, est directement lié à la dégradation de l’écosystème marin par le changement climatique et l’acidification. Environ 99 % du plastique dans le monde est dérivé de combustibles fossiles sales et non renouvelables. D’ici 2050, le secteur du plastique pourrait représenter 20 % de la consommation mondiale totale de pétrole et la pollution plastique pourrait représenter 13 % du budget carbone mondial total.

La durabilité et le faible coût du plastique le rendent attrayant pour les industries, mais cette qualité le rend également préjudiciable à notre santé. Le plastique ne disparaît jamais vraiment. Il devient plus petit, les particules étant avalées par les poissons ou les animaux de ferme et éventuellement consommées par les humains dans leur nourriture et l’eau du robinet.

L’océan fournit la principale source de protéines à plus d’un milliard de personnes dans le monde et un océan rempli de plastique signifie également des corps humains remplis de plastique. Au Sénégal, le poisson couvre environ 70 % des besoins en protéines animales de la population. Avaler du plastique peut augmenter le risque de cancer et causer des problèmes hormonaux, tant pour les fruits de mer que pour ceux qui en mangent.

La pêche est le deuxième secteur de l’économie et la principale source de devises étrangères. Les déchets plastiques font payer un lourd tribut à un écosystème déjà accablé par la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), la surpêche, la fraude, l’industrie de la farine de poisson, etc.

Le plastique s’écoule parfois dans l’océan avec les courants. Dans d’autres cas, il est volontairement importé en Afrique. Dans un exemple récent, le géant allemand du transport maritime Hapag-Lloyd a été pris en flagrant délit de fraude par les douanes sénégalaises après avoir tenté frauduleusement d’introduire 25 conteneurs de déchets plastiques dans le pays.

Il est grand temps de mettre fin à cette colonisation par déchets. Il devrait être remplacé par le respect mutuel de la dignité humaine et un engagement inébranlable en faveur du développement durable et des efforts déployés par des pays comme le Sénégal pour lutter contre la pollution plastique.

En 2020, une décision importante a été prise par le gouvernement sénégalais d’interdire les sachets d’eau et les gobelets en plastique. Cette législation mise à jour faisait suite à l’interdiction des sacs en plastique de 2015 et ne montrait aucun réel engagement des autorités locales quant à son application et sa mise en œuvre effective.

Cependant, il a déclenché la décision des ministres de la protection de l’environnement des 15 pays membres de l’organisme régional CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) d’interdire les emballages en plastique dans la région d’ici 2025.

La position régionale sur l’interdiction des emballages plastiques, qui doit être applaudie comme le seul moyen de se débarrasser des plastiques dans notre environnement, constitue une réelle menace pour certaines grandes industries, qui optent pour de fausses solutions pour empêcher les bonnes politiques. Les fausses solutions ne favorisent ni le passage d’une économie à usage unique à une économie de réutilisation, ni la réduction des matières plastiques produites.

Les fausses solutions sont une distraction des causes profondes de la crise des déchets plastiques. En tant que telles, elles permettent la production continue de plastiques à usage unique – une marchandise préférée des entreprises pollueuses de plastique. Certains exemples incluent la fausse promesse de recycler pour sortir de cette crise, de jeter ses ordures dans d’autres pays ou de placer trop d’espoir dans des technologies immatures.

Il n’y a qu’une seule vraie solution pour surmonter la crise du plastique : mettre fin à la production de masse de ce produit chimique toxique.

Les gouvernements doivent être concentrés et implacables : l’adoption d’interdictions des plastiques à usage unique et le renforcement de l’application là où elles existent sont essentiels pour que nous puissions demander des comptes aux grandes entreprises. D’autres mesures positives incluent l’investissement dans la recherche et le développement d’alternatives réutilisables comme les bouteilles, les pailles en acier inoxydable ou les sacs cabas, et l’incitation à leur utilisation.

Grâce au mouvement croissant de personnes exigeant une Afrique sans plastique et au nombre croissant de pays champions à travers le continent, nous sommes ravis de voir des avancées positives vers une Afrique sans plastique. Avec le Ghana à l’origine de l’appel à un traité mondial sur le plastique, nous pouvons partager les progrès réalisés en Afrique avec le reste du monde.

Et alors que l’Afrique ouvre la voie à un avenir sans plastique, nous espérons que le reste du monde se rendra compte que notre continent rejette le statut de dépotoir mondial. Au lieu de raccourcis colonialistes, les pays devraient investir dans le développement et l’adoption de systèmes d’élimination des déchets et d’alternatives réutilisables.

Awa Traoré est une militante océan de Greenpeace Afrique, basée à Dakar

L’article par Awa Traoré était publié dans Jeune Afrique

Être impliqué ×