Local Girl in Cameroon. © John Novis
Want to do more?
Être impliqué ×

La coulée de lave descendue des ailes du volcan Nyiragongo vers Goma, après l’éruption du samedi 22 mai, s’est arrêtée dans les quartiers nord-est de la ville, créant stupeur et émoi au niveau de la population. Le front de lave reste cependant toujours instable. Des séismes ont été ressentis à l’aube, le dimanche

Dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 mai 2021, la coulée de lave  a  sévi dans la ville de Goma  et a cessé  sa progression dans les quartiers nord-est de la ville. Le feu et de fortes laves rocheuses, noirâtres et toujours instables furent notés dans les agglomérations de Buhene. Cette dernière  marque la limite de la ville de Goma avec le territoire voisin de Nyiragongo, où des maisons de plusieurs petits villages ont été englouties. L’aéroport, situé en périphérie nord-est de la ville qui s’étend entre la frontière rwandaise et les rives du lac, a été épargné. Plusieurs avions appartenant à la monusco et à des compagnies privées, ont décollé dans la soirée pour évacuer, selon plusieurs sources aéroportuaires. Plusieurs séismes, une dizaine environ, ont été ressentis à Goma à l’aube. 

Après quelques jours depuis l’éruption du Nyiragongo, Goma reste sur le qui-vive. Le sol continue de trembler et des longues fissures terrestres sont apparues dans la ville. S’y ajoute une pénurie d’eau potable poussant les habitants à ne plus savoir à quel saint se vouer.  Goma fut secouée par des séismes  toutes les vingt minutes tout au long de la nuit du 2 mai. Ces tremblements se sont fait ressentir jusqu’au Rwanda voisin. Située à 10 kilomètres du cratère, la ville de Goma a échappé de peu aux coulées de lave qui se sont arrêtées à la périphérie. L’éruption a coûté la vie à une trentaine de personnes et détruit près de 900 à 2000 habitations d’après une évaluation des organisations humanitaires internationales. 

Deux fissures terrestres de plus de cent mètres de long sont apparues mardi dans la ville. Plusieurs milliers de personnes ont pris la fuite, livrés à eux-mêmes et  ne sachant pas où trouver  refuge. Un grand nombre a passé la frontière avec le Rwanda. A Kinshasa, les autorités ont ordonné l’évacuation immédiate d’une partie de la ville de Goma, provoquant ainsi l’exode de dizaines de milliers de personnes. 

Au vu de la situation, des experts sont en train d’étudier des pistes de solutions pour permettre au gouvernement de prendre les décisions idoines. L’Etat congolais et les autorités de la ville de Goma exhortent toutefois les populations à rester encore hors de Goma, jusqu’à ce que la situation revienne à la normale .