L’international footballeur Sénégalais Sadio Mané. Photo crédit: https://m.facebook.com/GOAL © L’international footballeur Sénégalais Sadio Mané. Photo crédit: https://m.facebook.com/GOAL

« Logiquement », il est arrivé que des Lions déplument un Coq, c’était le 31 mai 2OO2 à l’occasion d’un match d’ouverture de la Coupe du Monde. Et que dire de ces lions de la Téranga (Téranga = hospitalité), champions de la coupe d’Afrique des nations de football devant le pharaon d’Egypte Mohamed Salah? 

Dans le monde du sport, du football, nombreuses sont les équipes, en particulier celles africaines, qui portent un nom d’animal : « Eperviers » pour le Togo, « Lions de l’Atlas » pour le Maroc, « Lions indomptables » pour le Cameroun, « Lions de la Téranga » pour le Sénégal- ne les confondez surtout pas, « Sily national » qui veut dire éléphant pour la Guinée, « Les Eléphants » pour la Côte d’ivoire, « les Léopards » pour la RD Congo, « les Panthères » du Gabon pour ne citer que celles-là.

L’objectif ? S’approprier les vertus de l’animal totem selon certaines croyances du cru ou plus prosaïquement, faire peur à l’adversaire. Quoique, l’équipe nationale du Bénin qui n’est pas connue pour être une foudre de guerre sur les terrains du continent, s’est choisi comme nom, les « Ecureuils », ceci explique peut-être cela !

L’ex-international camerounais, Samuel Eto’o, présente le trophée, avant la finale de la Coupe d’Afrique des Nations entre l’Algérie et le Sénégal au stade international du Caire au Caire, en Égypte, le vendredi 19 juillet 2019. AP Photo/Hassan Ammar

Au-delà de la diversité des noms d’animaux choisis, il se dégage cependant une constante: une grande partie de ces animaux, notamment les grands mammifères, sont aujourd’hui, peu ou prou, des espèces protégées, parce qu’en voie de disparition.

Selon le site lion-royaume.com, « le lion d’Afrique de l’ouest est inscrit sur la liste des espèces “en danger critique d’extinction”. Le parc national Niokolo-Koba (Sénégal), d’une superficie de 5500 km carrés, soit 10 fois plus que la ville de New York, abrite la dernière population de lions du Sénégal. Cependant, il reste moins de 50 lions dans le Niokolo-Koba et, par conséquent, l’espèce est en grand danger d’extinction dans le pays ».

Même constat du côté de l’éléphant de Côte d’Ivoire, « on est passé de 1 100 individus en 1990 à moins de 500 aujourd’hui », précise le ministère ivoirien des Eaux et Forêts.

Les éléphants, emblèmes de la Côte d’Ivoire, sont en voie d’extinction dans ce pays d’Afrique de l’Ouest : leur nombre a baissé de moitié en trente ans sous les effets conjugués de la déforestation et du braconnage », a annoncé mercredi 28 avril 2021, le ministère ivoirien des Eaux et Forêts, dans les colonnes du site Le monde, dans son édition du 29 avril 2021.

D’où la nécessité d’un urgent plaidoyer pour la sauvegarde de ces espèces menacées d’extinction et de la biodiversité en général. Et en vérité, qui sont mieux que les stars africaines du ballon rond, pour porter ce plaidoyer ?

A côté de leurs shootings et autres campagnes pour leurs sponsors ou contre le racisme, par exemple, les Sadio Mané du Sénégal, Samuel Eto fils du Cameroun, Naby Keïta de la Guinée ou Franck Kessié de la Côte d’Ivoire, entre autres, devraient pouvoir se faire les avocats d’une biodiversité retrouvée en Afrique.

Afin que les plus jeunes de leurs fans puissent de leurs yeux, voir un jour ces animaux-là qui les font barrir, rugir sur les terrains de la planète.

Didier Drogba – L’international footballeur ivoirien. Photo crédit: https://infos-sport.com/ 

Cheikh Bamba NDAO – Greenpeace Afrique – Twitter: @publicheikh