Être impliqué

La semaine dernière, une décision importante a été prise par le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) de l’Etat du Sénégal. À partir du 20 Avril de cette année, tous les sachets d’eau et gobelets en plastique seront interdits sur l’étendue du territoire national.

La loi sur l’interdiction des sachets en plastique avait déjà été adoptée au Sénégal depuis 2015, mais elle n’avait, jusqu’ici, pas suscité un réel engagement des autorités locales concernant son application et sa mise en œuvre effective.

L’interdiction des sachets plastiques au Kenya a suivi le modèle réussi du Rwanda et du Maroc, et ces initiatives ont également conduit d’autres pays d’Afrique de l’Est comme la Tanzanie à complètement interdire les sachets en plastique de faible micronnage. 

Selon un rapport de l’ONU publié en novembre 2018 sur la législation mondiale en matière de plastique, d’autres États africains ont mis en œuvre des normes visant à interdire la prolifération et l’utilisation du plastique. On compte à ce jour trente-quatre pays africains ayant adopté une législation contre la pollution de sacs plastique, la Tanzanie est la dernière à avoir rejoint ces pays. 

Un grand merci au mouvement croissant d’associations de la société civile, des communautés, des activistes engagés entre autres réclamant une Afrique sans plastique et au nombre croissant de pays engagés à travers le continent. Nous sommes ravis de constater ces élans positifs orientés vers l’interdiction de la prolifération et de l’utilisation du plastique en Afrique. C’est avec un brin d’espoir que nous réalisons  que les gouvernements africains commencent à prendre conscience et constatent les impacts positifs de ces lois d’interdiction sur l’environnement.

Activité de nettoyage des plages et d’audit des marques commerciales responsables de la pollution plastique au Sénégal 
Activité de nettoyage et d’audit des marques commerciales responsables de la pollution plastique au Kenya 

Pour le Sénégal, il reste encore un long chemin à parcourir, car nous devons nous assurer que le champ d’application de la loi de 2015 sur l’interdiction des plastiques soit pleinement élargi avec une interdiction sur tous les sachets plastiques à usage unique.

Avec une utilisation moyenne de 5 millions de sachets plastiques par jour par les ménages sénégalais et avec 30% de morts de bétail dues aux fragments de plastiques éparpillés dans la nature, cet engagement renouvelé des autorités sénégalaises constitue un grand bond en avant dans la lutte contre la pollution plastique. Il sert à renforcer des programmes supplémentaires tels que le programme «Zéro Déchet» et «Sénégal Propre», lancés et défendus par le Président de la République du Sénégal, Macky Sall.

Les impacts négatifs de la pollution plastique sur les écosystèmes terrestres et marins sont notoires avec des conséquences graves sur la santé publique des sénégalais. 

Pour le peuple sénégalais, cette décision arrive donc au bon moment, car nos océans, nos plages et nos villes suffoquent sous l’effet de cette pollution plastique.

Au cours des deux dernières années, les volontaires de Greenpeace Afrique ont mené une série de nettoyages et d’audits des marques commerciales pour sensibiliser sur la pollution plastique à l’échelle du continent. Au Sénégal, nous avons remarqué que les sachets d’eau et les gobelets en plastique revenaient toujours en tête de liste des déchets plastiques collectés. En effet, sur les 1 731 articles jetés recueillis lors de nos derniers audits, les sachets et gobelets en plastique représentaient 86%.

Activité de nettoyage et d’audit des marques commerciales responsables de la pollution plastique au Cameroun 

Suite à cette importante décision du gouvernement sénégalais, les ministres de la protection de l’environnement des 15 pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont également décidé d’interdire l’importation, la production et la commercialisation d’emballages plastiques d’ici 2025. Il y va de même pour l’interdiction de l’installation de nouvelles unités de production d’emballages plastiques dans les pays de la CEDEAO.

Cette approche régionale pour éliminer progressivement le plastique à usage unique est une étape cruciale dans la campagne pour faire renaître la beauté de l’Afrique de l’Ouest – une beauté qui se noie à présent dans des déchets plastiques.

Activité de nettoyage en RDC 
Activité de nettoyage de plage en Afrique du SudPour plus d’informations sur la pollution plastique en Afrique, veuillez consulter l’Atlas du plastique.