Les yeux du monde sont rivés sur le Brésil. La forêt amazonienne brûle. Les incendies, désormais hors de contrôle, qui la ravagent sont parmi les plus dévastateurs de ces dernières années. Par rapport à la même période en 2018, les feux de forêt ont augmenté de 145%. Ceux-ci menacent dangereusement la biodiversité unique de la forêt tropicale, les peuples autochtones qui y vivent et accélère le réchauffement climatique…

Mais ce n’est pas tout. La Russie est, elle aussi, aux prises avec l’un des plus grands feux de forêt de son histoire. Rien que cette année, les flammes ont détruit 15 millions d’hectares de forêts boréales en Sibérie, soit plus de 4 fois la surface de la Belgique. Dans la plupart des cas, les autorités ont laissé le feu se propager.

La forêt brûle également en Indonésie où il n’est pas rare que le feu soit allumé volontairement pour permettre l’expansion des plantations d’huile de palme.

 

 

Au vu de la gravité de la situation, l’Indonésie et la Russie ont déclaré l’état d’urgence.

3 foyers, 1 constance: les forêts primaires continuent de partir en fumée. Mais, cette année, les incendies sont plus grands et plus intenses partout dans le monde.

C’est une véritable catastrophe environnementale à laquelle nous assistons. Nous ne pouvons pas rester sans rien faire et regarder les feux détruire les poumons de la planète. Greenpeace est sur le terrain dans ces 3 pays pour surveiller la situation. Nous avons besoin d’aide et nous lançons un appel d’urgence pour protéger les forêts.

Grâce à vos dons, nous pouvons :

FAITES UN DON