Greenpeace a fait le calcul: entre 28 et 32 milliards d’euros vont à la production de viande ou d’aliments pour animaux (entre 18% et 20% du budget annuel de l’Union européenne).

Or dans le même temps, depuis 2004, la production de viande provenant des grosses exploitations (de plus de EUR 500,000 de production standard ou “standard output”) a explosé , au détriment des exploitations familiales: pour la viande de porc et de volaille elle a plus que doublé. Résultat: 70% de la viande de porc et de volaille belge provient actuellement de grandes exploitations!

Or, les “fermes-usines” sont un grave problème: trop d’animaux nuit au climat, sature l’offre de viande, ce qui fait baisser les prix payés aux éleveurs, pollue les eaux et l’air, et ne respecte pas le bien-être animal.

Nous avons donc posé la question aux décideurs belges qui vont bientôt voter:

 

Plus d’argent pour les “fermes-usines” et l’élevage industriel ?
ou
Plus d’argent vers l’élevage écologique et la transition?

Voici les résultats.

 

Le détail des réponses et de l’analyse est disponible ici.

>> Signez notre pétition pour l’élevage écologique

Un pas dans la bonne direction

Le 14 février dernier, la Commission Environnement du Parlement européen a adopté des modifications au texte que Greenpeace accueille favorablement. Elles visent notamment à limiter le financement des exploitations d’élevage qui dépassent une certaine « densité d’élevage », à fixer des objectifs visant à réduire la densité d’élevage globale et de nouvelles règles sur le bien-être animal. La part du budget réservé aux mesures climatiques et environnementales a également été augmentée.

Voilà des propositions qui vont dans le bon sens !

Prochaine échéance : le 2 avril prochain, le Comité Agriculture votera !

Méthodologie:

Nous avons identifié 7 femmes et hommes politiques belges, membre du Parlement européen, qui allaient se prononcer sur l’avenir de la politique agricole européenne (PAC), au sein des commissions Agriculture et Environnement du Parlement européen. Ces deux Commissions jouent un rôle clé dans l’élaboration des lois européennes sur l’agriculture.

Fin décembre 2018, nous leur avons envoyé une série de questions permettant de connaître leur position sur le soutien public à l’élevage intensif, d’une part, et à l’élevage écologique, d’autre part. Sachant que la PAC ne parle pas d’élevage intensif en tant que tel, pour ces deux questions, nous avons identifié des dispositions clés de la nouvelle proposition sur la PAC qui allaient, selon Greenpeace, dans le sens de plus d’élevage intensif ou à l’inverse de plus d’élevage écologique.

Pour chacune des sous-questions, nous avons analysé leurs réponses directes, mais aussi les amendements qu’ils avaient déjà déposés sur le texte, ainsi que la position publique de leur famille politique belge.

Nous avons ensuite attribué des points à chacune des réponses.

Le score final par question est résumé par une échelle de 3 couleur, du rouge ou vert selon le score (voir le détail complet ici).

 

Background image