OTTAWA- Traitant les changements climatiques comme étant une urgence que même le parlement a reconnu, Greenpeace Canada appelle les Canadien.nes à inonder le Premier ministre d’alertes “d’urgence climatique” lui demandant de collaborer avec les autres partis pour mettre en oeuvre un plan climatique ambitieux.  

«C’était sans aucun doute l’élection de l’urgence climatique, a affirmé Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada. Plus d’un demi-million de personnes sont descendues dans les rue partout au Canada le 27 septembre dernier et le message était clair: notre maison est en feu et il est temps d’agir en conséquence. Les électeurs ont non seulement rejeté le programme climatique des conservateurs qui n’offrait que des reculs, mais ils ont également dit aux libéraux qu’ils s’attendaient à plus que des demi-mesures pour faire face à cette urgence.»

Un sondage d’Angus Reid du 15 octobre a révélé que les changements climatique est l’enjeu le plus important pour les électeurs (37% des électeurs). Selon ce sondage, le climat était la principale préoccupation de la majorité des partisans des libéraux, des néo-démocrates et des verts (les résultats du sondage ne précisaient pas la position des partisans du Bloc). 

«Les lobbyistes du secteur pétrolier ont démontré leurs véritables couleurs en élaborant et en soutenant la plate-forme électorale anti-climat des conservateurs», a ajouté Patrick Bonin qui a rappelé la rencontre entre Andrew Scheer, son directeur de campagne et un groupe de représentants  de pétrolières qui avait pour but d’élaborer une stratégie visant à renverser le gouvernement Trudeau. « En général, on ne demande pas aux pyromanes des conseils pour éteindre les incendies. Le lobby pétrolier ne devrait pas pouvoir dicter nos politiques climatiques.»

Greenpeace Canada invite les gens à interpeller le Premier ministre à répétition sur ses réseaux sociaux afin de lui rappeler qu’il n’est pas suffisant de déclarer l’urgence climatique, il doit également agir en conséquence. Au cours de la campagne, les libéraux ont annoncé qu’ils établiraient de nouveaux budgets carbone basés sur la science, mais ils n’ont toujours pas présenté de politiques susceptibles d’atteindre ces réductions et ont même continué à soutenir des projets d’expansion des combustibles fossiles, comme le pipeline Trans Mountain, qui sont incompatibles avec l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degrés Celsius.  

FIN

Pour plus d’informations, veuillez contacter: 

Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada

mfiset@greenpeace.org; +1 514 972-6316