30 Octobre 2018 (TORONTO) – Aujourd’hui, Greenpeace a placé une grande installation artistique au carrefour Yonge-Dundas Square. L’oeuvre représente une maman albatros en train de nourrir son petit au milieu d’un tas de déchets plastiques. L’installation faite à partir des déchets collectés* durant des corvées de nettoyage organisées le mois dernier dépeint le rôle des multinationales dans la pollution plastique. L’évènement est ouvert au public.

Commanditée par Greenpeace, la sculpture de 2,5 m de haut a été créée par l’artiste et activiste environnemental torontois David Fujii. Elle présente au public le rôle incontestable des multinationales dans la production massive de plastique jetable qui contribue à alimenter la crise de pollution plastique dans les océans et l’environnement. Les déchets plastiques représentés dans cette installation artistique appartiennent aux cinq plus grands pollueurs canadiens tels qu’identifiés lors de notre enquête : Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo., The Coca-Cola Company et McDonald’s.

Wanjiro Ndungu, porte-parole de la campagne Océans et Plastique explique ce que symbolise cette oeuvre: « Cette installation est un rappel de la très grande responsabilité qu’ont les grandes multinationales vis-à-vis de la pollution plastique. C’est un fait: neuf oiseaux marins sur dix ont déjà ingéré du plastique au cours de leur vie. Le plastique que nous avons utilisé pour construire cette oeuvre a été collecté lors des nettoyages que nous avons organisé le mois dernier. Nous espérons que les cinq compagnies identifiées comme grands pollueurs au Canada se décideront à agir de manière concrète afin de réduire leur empreinte plastique. »

Un des bénévoles qui a participé au nettoyage de Toronto explique pourquoi il continue de militer afin de sensibiliser les gens à la lutte contre la pollution plastique: « À travers mon implication au côté de Greenpeace, je suis devenu plus conscient des choix que je fais quotidiennement. Il est devenu très important pour moi que mes choix n’aient pas d’impact négatif sur l’environnement, les gens autour de moi ou qu’ils ne compromettent pas l’avenir de cette planète. Il est nécessaire que les compagnies emboîtent le pas et arrêtent de dire que la pollution plastique est le problème des consommateurs. Les compagnies ont largement contribué à cette pollution mondiale, et elles peuvent également jouer un rôle important pour faire émerger les solutions » souligne Rommel Bellosillo, bénévole et coordinateur du groupe local de Greenpeace**.

Par ailleurs, le rapport ‘A Crisis of Convenience’ paru mardi dernier, démontre que les onze plus grandes compagnies de produits de grande consommation (FMCG) au monde, incluant les compagnies identifiées dans le rapport international des plus grands pollueurs, à savoir Nestlé, PepsiCo., The Coca-Cola Company, Danone, P&G parmi d’autres, n’ont adopté aucune stratégie visant à réduire leur production de plastique jetable ou de plans visant la mise en place de solutions.

En attendant, le gouvernement Canadien ne semble pas prêt de prendre des mesures actives pour contrer le problème. Pourtant 65% des Canadiens et Canadiennes affirment vouloir une action rapide de la part du gouvernement afin de bannir le plastique à usage unique.

En contrepartie, le Parlement européen a voté la semaine dernière une proposition visant l’interdiction de certains plastiques jetables, incluant les emballages plastiques fait en polystyrène. Cette proposition vise également un renforcement de la législation entourant la responsabilité élargie des producteurs.

Greenpeace appelle les multinationales à s’engager dans la mise en place de mesures de réduction et d’élimination progressive de leur production de plastique à usage unique. Greenpeace rappelle aussi au gouvernement canadien l’importance de tenir les multinationales responsables pour l’entièreté du cycle de vie de leurs produits, emballages compris, de suivre l’exemple des provinces pionnières dans le pays et d’interdire le plastique à usage unique à l’échelle du pays comme il l’a fait avec les microbilles.

-30-

Notes:
*Plus de 3000 déchets plastiques, identifiables et non-identifiables, avaient été ramassés en septembre. 46% des déchets identifiables étaient attribuables aux cinq compagnies citées dans notre Top 5 des grands pollueurs au Canada.
** Mr. Bellosillo a participé à la première enquête de marques organisée en septembre 2017 aux Philippines.

Lien photo de la sculpture

Pour plus d’informations, contactez:

Marie-Christine Fiset, Responsable des médias, Greenpeace Canada
mfiset@greenpeace.org; +1 972-6316