58% de la nourriture produite au Canada chaque année est gaspillée, alors qu’il est prévu que l’insécurité alimentaire double d’ici la fin de l’année. Mais…

Passer à l'action

Partie 4 d’une série de blogue pour vous guider vers une alimentation plus résiliente en temps de crise sanitaire… et environnementale!

Le confinement forcé par la crise du coronavirus a amené plusieurs d’entre nous à repenser et modifier notre alimentation. Que ce soit parce que nous disposons de plus de temps pour cuisiner ou encore en raison des questionnements que la crise fait émerger concernant nos systèmes alimentaires, l’alimentation s’est hissée au rang des questions principales. Dans ce blogue, nous explorons des idées pour repenser nos systèmes alimentaires en profondeur.

@Marie-Josée Béliveau

Six conseils pour une alimentation résiliente chez soi ! 

La crise sanitaire a mis à jour les vulnérabilité de notre système alimentaire. Toutefois, il est possible d’agir à votre échelle pour soutenir une autre agriculture et un système plus résilient, tout en réduisant votre impact sur l’environnement et en prenant soin de votre santé. Tout cela directement depuis votre cuisine ! Voici six conseils pour améliorer votre résilience alimentaire personnelle. Puis, vous trouverez plus bas quatre recettes pour pratiquer votre résilience alimentaire !

1. Cuisinez

Durant le confinement, vous avez certainement vu sur les réseaux sociaux vos ami·es se mettre à cuisiner leur pain ou préparer leur recette de kombucha, et peut-être que cela vous donne envie de vous y mettre aussi. 

Cuisiner à partir de zéro en utilisant des ingrédients crus est moins cher et souvent plus nutritif que les aliments préparés. De plus, cela permet de contrôler certains intrants, tels le sel ou le sucre, et de protéger ainsi votre santé. La préparation de vos repas vous permet également d’apprendre à utiliser ce que vous avez, ce qui réduit le gaspillage de nourriture.

Cuisiner est un art qui se développe avec la pratique. Il en est de même de l’art de faire un Touski avec touski-reste-dans-le-frigo, tel composer une salade avec les restes de la veille ou transformer des produits qui flétrissent en soupe ou en cari. Bref, cuisiner et apprendre à cuisiner, permet de sauver les aliments !

2. Transformez la préparation des repas en occasion de rapprochement 

Vous pouvez transformer une journée de pluie en de magnifiques moments en famille ou avec vos proches en expérimentant des recettes et en préparant d’avance les repas de la semaine. C’est une excellente manière de passer du temps ensemble et sans écran ou encore de rattraper le temps perdu avec vos amis. En plus, cuisiner à plusieurs est toujours plus facile ! 

3. Réduisez le gaspillage alimentaire 

Savez-vous que de la même manière qu’il existe des « Défis zéro déchet », il existe aussi des « Défis Zéro gaspi » ! Alors, prochaine étape : on arrête de jeter ! D’ailleurs, le gaspillage alimentaire nuit à la planète et à votre budget. Voici quelques astuces pour réduire le poid de ce que l’on jette au compost :

Faites l’inventaire et utilisez ce que vous avez : Avant d’acheter de nouveaux aliments, faites l’inventaire et la rotation de ce que vous avez. Vous pouvez, par exemple, diminuer chaque semaine le contenu de votre frigo avant de retourner au marché. Un autre moyen est de s’assurer de diminuer le contenu de congélateur chaque année au printemps, en décongelant et mangeant un chili que vous avez rangé à l’automne ou le reste d’un potage préparé au milieu de l’hiver. 

Rangez : Bien ranger vos aliments permet d’améliorer votre efficacité en cuisine et d’assurer la rotation des aliments avant qu’ils périssent. Dans le frigo, rangez au fond les aliments avec la date de péremption la plus éloignée et devant ceux qui ont les dates les plus proches. Cela évite d’oublier au fond quelque chose qui va périmer. Faites de même avec les aliments dans les armoires et regroupez les types d’aliments : pâtes, riz, haricots secs, conserves, etc. Puis, assurez-vous que tout est à portée de main et visible aisément (dans des bocaux en verre et bien identifiés). Ainsi, lorsque vient le moment de composer un repas, vous verrez rapidement vos possibilités. 

Conservez : Tous les aliments ne se conservent pas de la même manière. Assurez-vous que les aliments  soient entreposés efficacement (dans le fond du frigo pour les plus sensibles aux variations de température) et séparez les fruits des légumes. En outre, si vous voulez que des fruits ou légumes mûrissent plus vite, conservez-les près des bananes. Voici des conseils pour prolonger la durée de vos aliments.

Transformez vos restes : Tout d’abord, donnez-vous le défi d’aller jusqu’au bout des aliments. Lorsque vous retirez une partie d’un fruit ou d’un légume, questionnez si c’est vraiment nécessaire. Vous pouvez  par exemple cuisiner des potages avec des pieds de brocolis ou encore des fanes de carottes.

Ensuite, un aliment qui semble perdu peut souvent être redirigé vers d’autres recettes. Ainsi, transformez le pain rassis en pain perdu ou en croûtons dans un potage, puis faites de vos fruits trop mûrs des compotes ou confitures. Voici la recette d’un Cake vide frigo !

Replanter : Pour expérimenter avec les enfants la magie du cycle de la vie potagère, replantez certaines parties de vos légumes et fruits. Voici 10 légumes à faire pousser à l’infini chez soi ! Mettez ainsi vos cœurs de laitues, de poireaux ou de fenouils dans un bocal avec de l’eau dans un endroit ensoleillé puis attendez qu’ils fassent de nouvelles racines avant de les replanter. 

Acheter directement des paysan.nes est plus économique
et permet de tisser des liens avec eux. (Photo MJ Béliveau)

4. Favorisez le biologique

L’agriculture biologique est bénéfique à bien des égards. Bien que le bio dans la grande distribution peut être plus coûteux, quelques astuces vous permettront d’adopter le bio en respectant vos économies et les revenus des paysan.nes :

  1. Opter pour des produits frais et locaux.
  2. Acheter directement du producteur et/ou éviter la grande distribution.
  3. Réduire la consommation de produits transformés.
  4. Réduire la consommation de viande.
Acheter en saison permet d’avoir des aliments frais et nutritifs. (Photo MJ Béliveau)

5. Consommez des fruits et légumes de saison et locaux

En saison, les fruits et légumes sont à leur apogée, plus abondants et moins chers, en plus d’avoir meilleur goût, d’être plus frais et nutritifs. Raison de plus pour éviter de manger des aliments hors saison, telles les fraises en janvier ! 

Le cycle annuel de l’alimentation : Une bonne gestion de vos aliments peut se faire en considérant un cycle annuel. Cela semble complexe au premier abord mais intégrer cette habitude permet de sauver du temps et de l’argent : 

  1. en été on profite de l’abondance et on achète des produits frais. Pourquoi ne pas transformer des journées pluvieuses en sessions de cuisine et préparer des confitures ou congeler des petits fruits frais par exemple;
  2. à l’automne on fait le plein parmi l’abondance des légumes produits locaux et on cuisine. Puis, on en fait toujours un peu plus pour mettre les surplus au congélateur; 
  3. à l’hiver on se dorlote et on profite de tous les beaux potages et plats congelés préparés à l’automne; 
  4. au printemps on termine les restes et on fait du vide dans ses armoires et au frigo avant de les remplir à nouveau avec les produits frais de la belle saison; 

6. Diminuez la consommation de viande

Les experts rappellent que réduire notre consommation de viande est essentielle afin de préserver la planète et la santé). Pour remplacer la viande, les légumineuses sont une alternative très intéressante d’un point de vue nutritionnel. Haricots, lentilles, pois chiches, pois cassés et autres fèves sont riches en protéines et en fer. En les associant à des céréales vous obtiendrez les acides aminés indispensables à un repas équilibré et vos besoins en protéines seront satisfaits. Moins chers que la viande, ces aliments permettent de grandes économies. Voici des astuces pour cuisiner vos légumineuse

Pour vous aider à adopter cette alimentation, voici 25 trucs pour devenir végétarien ou encore une liste des alternatives à la viande ainsi qu’un petit guide pour vous aider à repérer les sources possibles de protéines végétales, préparé par Greenpeace France. Puis, voici quelques recettes végés proposées par Greenpeace France et Greenpeace Suisse

Vous pouvez aussi consulter nos 10 conseils pour des choix alimentaires qui respectent le climat

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas de mettre de la bonne humeur dans votre cuisine et prenez soin de vous !

Les légumes racines ont une très longue durée de conservation
en plus d’être abondants au Québec ! (Photo MJ Béliveau)

Activité : quatre recettes anti-gaspi !

Voici quatre recettes anti-gaspi de mon ami Philippe Routhier. En plus d’être un artiste (voir ses clips Courir après le temps ou Ça ira), Phlippe est un cuisinier hors pair pour concocter des repas à partir des touskis

Philippe propose donc quatre recettes permettent de décliner carottes et légumes racines en: bouchées gateau au carottes, potage, craquelins et muffins (à partir du potage). Ce sont des recettes simples que vous pouvez tester avec les enfants et pratiquer les notions Zéro Gaspi. À vos fournaux !!

Bouchées gateau aux carottes de Philippe (Photo Philppe Routhier)

1. Bouchées gâteau aux carottes de Philippe

Ingrédients

  • 1 tasse de carottes broyées ou râpées
  • 1/4 tasse de graines de tournesol
  • 1/2 tasse de farine
  • 1/2 tasse de flocon d’avoine
  • 1 c. à thé de poudre à pâte ou bicarbonate de soude
  • 1/4 tasse de cassonade ou de sirop d’érable
  • 1/2 c. à thé de cannelle
  • 1/4 tasse d’huile d’olive
  • 1 c. à soupe de graine de lin broyé ou de chia non broyées ou de chanvres non broyées (pas obligatoire)
  • 1/2 c. à thé vanille (pas obligatoire)

Préparation

  1. Mélanger tous les ingrédients ensemble puis faire des mini boules (avec une demi cuillère à soupe). 
  2. Cuire au four à 350 jusqu’à soit doré (de 15 à 25 minutes).
Potage carottes, panais et navets (Photo Philippe Routhier)

2. Potage carottes, panais et navets (Inspiré de la recette)

  • 5 carottes 5 panais et 2 navets
  • 3 tasse de bouillon ou salé épicé au goût
  • 6 c. à soupe de levure alimentaire (pas obligé)
  • 300 ml de lait d’avoine ou lait de coco
  • 1 c. à thé de cari (pas obligé)

Préparation 

  1. Peler les légumes et les couper en morceaux. Dans une casserole, blanchir l’oignon. Ajouter le reste des ingrédients. Porter à ébullition et laisser mijoter 25 minutes. Au robot ou à l’aide d’un bras mélangeur, émulsionner la préparation jusqu’à l’obtention d’un mélange onctueux.
  2. Servir ou congeler.
Craquelins aux restes de soupe (Photo Philippe Routhier)

3. Craquelins aux restes de potage (Inspiré de la recette mais remplacer l’eau par le potage)

Ingrédients : 

  • 140 ml de potage
  • 660 ml de farine tout usage
  • 3/4 c. à thé de sel
  • 140 ml d’eau
  • 75 ml d’huile d’olive extra vierge de bonne qualité
  • 60 ml de graines de sésame (pas obligatoire)
  • 1 c. à soupe de levure alimentaire (pas obligatoire)

Préparation :

  1. Dans un bol, tamiser la farine avec le sel. Faire un puits au centre et y verser le potage et l’huile d’olive. Mélanger jusqu’à ce que la pâte se tienne.
  2. Saupoudrer les graines de sésame sur une surface de travail propre et y transférer la pâte. Pétrir jusqu’à ce que la pâte soit souple. Façonner en une boule, couvrir d’un linge et laisser reposer 10 minutes.
  3. Préchauffer le four à 350°F (175°C). 
  4. Badigeonner une tôle à biscuits d’huile d’olive. Diviser la pâte en quatre parts et abaisser chacune d’elles en un grand rectangle de la grandeur de la tôle (1-2 mm d’épaisseur). Étendre sur la tôle et tailler le rectangle dans des formes à votre goût de  5×10 cm. Piquer à la fourchette.
  5. Cuire au four jusqu’à ce que les craquelins soient croquants (12 à 20 minutes). Laisser refroidir puis transférer les craquelins sur une grille. Procéder de la même façon avec les trois autres parts de pâte, une à la fois. Conserver hermétiquement.
Muffins salés aux restes de soupe
(Photo Philippe Routhier)

4. Muffins salés aux restes de soupe (Inspiré de la recette)

Donne 12 muffins 35 à 40 minutes de cuisson four à 350.

  • 1 1/2 tasse de potage froid
  • 1 oeuf
  • 520 ml farine (mon ami Philippe utilise 270 ml blanche bio et 250 ml épeautre)
  • 2 c. à thé poudre à pâte
  • 1/2 d’huile olive
  • 2 tasses de fromage cheddar (ou faumage)
  • 1 tasse d’épinard bien tassé haché
  • 1 c. À thé d’origan (pas obligatoire)
  • 1 c. À thé de basilic (pas obligatoire)
  • 4 c. à thé de chia dans 6 c. à soupe d’eau tiède (laissez agir pendant 15 à 20 minutes avant d’ajouter à la préparation)

Préparation 

  1. Dans un saladier, mélanger la farine avec la poudre à lever, l’huile d’olive, les herbes et une pincée de sel.
  2. Ajouter le reste de potage ainsi que l’œuf, fouetter le tout.
  3. Ajouter le fromage (ou faumage) râpé, le chia et les épinards, mélanger et répartir la pâte dans les moules à muffins.
  4. Mettre 20 min au four préchauffé à 350°F (180°C).

Cultiver la résilience alimentaire: Demandez à votre maire·sse de rendre disponibles plus d’espace et de ressources pour la production alimentaire. Nous avons besoin de terrains, d’outils et de l’information.