Crudeau Oil Action in London
Envie d’en faire plus?
#Autochtones #Climat #Pétrole Dites non au sauvetage du pipeline TransMountain

Le premier ministre canadien Justin Trudeau investit des milliards de dollars de fonds publics dans ce projet de pipeline voué à l’échec. Il utilise l’argent…

Passer à l'action ×

Le 24 mars dernier, nous étions plus d’une soixantaine à nous rassembler à l’extérieur de l’assemblée générale du Mouvement Desjardins pour rappeler aux 1000 délégué.e.s présent.e.s qu’il est impératif de cesser de financer le pipeline de sables bitumineux Trans Mountain de Kinder Morgan

En appuyant la construction de ce pipeline, le gouvernement Trudeau et les institutions financières comme Desjardins renient l’Accord de Paris et bafouent les droits des Premières Nations. Accorder un prêt à un projet de pipeline qui fait face à près de 20 recours légaux, bafoue les droits autochtones, menace le climat planétaire et les épaulards (en voie d’extinction) et soulève une vague de résistance, va à l’encontre des prétentions de Desjardins qui dit avoir des valeurs environnementales et sociales.

ddd

Fort message de solidarité envers la résistance contre Kinder Morgan en Colombie britannique

Plus de 170 personnes ont été arrêtées au cours des 8 derniers jours pour avoir résisté pacifiquement contre le dangereux mégaprojet de pipeline Trans Mountain sur le site de construction de Kinder Morgan à Burnaby (région de Vancouver). Parmi les personnes arrêtées il y avait des dirigeants autochtones, des élèves, des parents et grands-parents, une ancienne employée de Trans Mountain, des fondateurs de Greenpeace, des acteurs, et plus récemment ajouté à cette liste, des politiciens fédéraux, dont Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada.

Au Québec, nous avons bloqué le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada et nous sommes solidaires avec la population de la Colombie-Britannique qui est aux premières lignes pour arrêter le dangereux de projet Kinder Morgan qui vise l’expansion de la production du pétrole des sables bitumineux, un des pétroles le plus polluants au monde.
La résistance face à ce projet ne cessera pas de s’intensifier tant qu’il ne sera pas abandonné et nous nous engageons au Québec à soutenir de notre mieux nos frères et soeurs de l’autre côté du pays.

ddd

Photo: Serge Simon, Grand Chef de Kanesatake

Desjardins doit écouter ses membres

Lors du rassemblement de samedi, nous avons tenté de livrer de l’eau en provenance de Burnaby (territoire non cédé des Premières Nations Salish en région de Vancouver) au président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, pour lui rappeler les dangers que présente le pipeline Trans Mountain sur le fragile environnement côtier et l’eau potable des communautés locales, mais le président a refusé de nous rencontrer. Il a également refusé de rencontrer le Grand Chef de Kanesatake Serge Simon qui était également présent à titre de représentant pour le Traité autochtone contre l’expansion des sables bitumineux qui réunit 150 Premières Nations au Canada et aux États-Unis qui s’engageant à travailler ensemble pour arrêter les trois projets de pipelines de sables bitumineux restants après la mort d’Énergie Est: « Trans Mountain Expansion » de Kinder Morgan, « Keystone XL » de TransCanada et « Ligne 3 » d’Enbridge.

M.Cormier a également refusé de recevoir notre pétition de plus de 10 500 noms, dont environ les deux tiers sont des membres de Desjardins qui demandent de cesser de financer les pipelines de sables bitumineux. Nous l’avons donc livré à Alphonse et Dorimène Desjardins, cofondateurs de la première coopérative d’épargne et de crédit en Amérique dont les statuts sont à la Promenade Desjardins à côté du Centre des congrès où Desjardins tenait son assemblée générale annuelle.

xxa

Photo: Livraison de la pétition “non aux pipelines” à Alphonse et Dorimène Desjardins

Vos efforts ont porté fruit!

Nos demandes ont fait grand bruit lors de  l’assemblée générale du Mouvement Desjardins cette fin de semaine. En effet, grâce à la pétition qui a recueilli plus de 10 500 noms, à notre présence très visible à l’extérieur de l’AGA et dans les médias et aussi à l’envoi massif de communications et de résolutions par des membres de Desjardins qui demandent à leur caisse territoriale d’adopter une résolution pour que l’institution financière cesse de financer les pipelines, les dirigeants de Desjardins ne peuvent plus ignorer les nombreuses demandes qui proviennent de toutes parts. Nous sommes sur la bonne voie et ne lâchons rien, car cette pression par les membres et les non-membres est des plus efficaces et amènera Desjardins à prendre la bonne décision et à se ranger du bon côté de l’histoire.

C’est le temps de faire grimper la pression sur Desjardins!

Il est plus que temps que Desjardins fasse le bon choix, écoute ses membres et devienne la première institution financière au Canada à cesser tout financement ou investissement dans les projets de pipelines de sables bitumineux.

C’est vraiment grâce à une pression croissante que le Mouvement Desjardins sera forcé de prendre la bonne décision. Nous sommes déjà plus de 10 500 personnes à avoir signé la pétition pour dire à Desjardins de cesser de financer les pipelines. Tentons de doubler ce chiffre dans les prochains mois! Nous vous invitons à :

  1. Signer la pétition, inviter votre famille et ami.e.s à la signer et à inviter d’autres à faire pareil.
  2. Passer à l’action grâce à notre Trousse d’action #NonAuxPipelines
  3. Si vous êtes membre de Desjardins, participez à l’assemblée générale de votre Caisse et sensibilisez le conseil d’administration et les membres présents à l’importance de laisser tomber les pipelines de sables bitumineux. (Des détails à ce sujet vous seront envoyés sous peu et vous pouvez déjà nous signaler votre intérêt en envoyant un courriel à [email protected]).