Déforestation importée : le Luxembourg doit agir

Les forêts partent en fumée. Amazonie, Australie, Indonésie, Sibérie, aucun écosystème n’est épargné. Mais nous avons compris ce que nous pouvons changer, ici, maintenant.

En Amérique du Sud, les incendies sont majoritairement liés à la déforestation causée par l’agriculture industrielle dont nous importons les produits. En Indonésie, c’est l’habitat des orang-outans qui est ravagé pour de l’huile de palme.

Alors oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, la complicité internationale des plus grands comme des plus petits États, est prouvée : les produits que nous consommons peuvent être liés à la déforestation au bout du monde… même s’ils paraissent locaux ! C’est ça, la “déforestation importée”.

Au Luxembourg particulièrement, c’est l’élevage des vaches laitières qui dope l’importation de soja pour l’alimentation du bétail, sachant que plus de 60% de la production de lait cru est exporté en dehors de nos terres.

Notre gouvernement doit repenser notre politique agricole et réduire notre part de responsabilité : le Luxembourg ne peut plus être complice de ce désastre.

Nous devons arrêter d’importer des produits issus de la déforestation.

Notre petit pays peut jouer un grand rôle

Interpellez le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, et le ministre de l’agriculture Romain Schneider : ils ont le pouvoir de mettre en place une réelle stratégie nationale contre la déforestation importée et empêcher les feux de forêts !