Pour répondre à la crise climatique, notre économie ne devra plus dépendre des énergies fossiles. Pourtant, depuis la signature de l’Accord de Paris, des banques, compagnies d’assurances et fonds de pension ont injecté plus de 1400 milliards de dollars dans les entreprises du secteur des combustibles fossiles.

Ces investissements sont un risque majeur pour l’économie comme pour le climat, et l’impact sur la biodiversité et les populations est dévastateur. Les acteurs financiers constituent donc la plaque tournante du changement : ils ont le pouvoir de faire les bons choix.


Greenpeace lance une campagne publique pour que l’argent géré sur la place financière du Luxembourg ne soit plus versé aux entreprises qui développent, transforment ou vendent du charbon, du pétrole et/ou du gaz.

Questions, réponses, et passage à l’action

Le monde des finances paraît souvent obscur ou compliqué. Voici les notions clés pour déchiffrer la situation au Luxembourg et les outils concrets pour agir.

Quel est l’impact de la place financière luxembourgeoise sur le changement climatique ?

En tant que l’un des plus grands centres financiers au monde, la place financière luxembourgeoise joue un rôle crucial dans la lutte contre la crise climatique. On estime que les milliers de milliards d’euros qui y sont gérés  entraînent, par les activités économiques qu’ils financent, entre 30 et 40 fois plus émissions de gaz à effet de serre que le taux national annuel du Luxembourg. Par conséquent, les acteurs financiers qui y sont basés ont une responsabilité énorme en ce qui concerne la protection du climat à l’échelle globale. Lire l’article source sur land.lu (en anglais)

Quelles mesures les acteurs de la place financière luxembourgeoise doivent-ils prendre en matière de protection du climat ?

Pour que la place financière luxembourgeoise ne soit plus une partie du problème mais au contraire, une partie de la solution, les responsables du secteur doivent prendre des mesures concrètes et efficaces :

Que fait Greenpeace ?

Au Luxembourg, des expert·es Greenpeace effectuent un travail de recherche méticuleux et déploient une campagne publique qui dénonce, informe, et agit pour faire changer le secteur financier.  

Pression publique, travail médiatique, action en justice et confrontation non-violente, tout est mis en œuvre pour que le secteur financier soit régulé de manière à limiter les risques financiers et les conséquences climatiques de notre modèle économique

Comment puis-je aider Greenpeace dans sa lutte pour une place financière propre ?

Les acteurs clés : afin de pousser le secteur financier luxembourgeois vers cette réorientation vitale, les organismes publics – notamment le fonds de pension du secteur privé (Fonds de Compensation) et le Fonds intergénérationnel – ayant des volumes d’investissement importants, doivent jouer un rôle de pionniers. Ils doivent retirer leurs investissements des activités non durables et s’engager dans des activités économiques respectueuses du climat. Ces investisseurs sont particulièrement tenus au bien public. Alors, en tant que précurseurs, ils se doivent de montrer la voie.

Ce que vous pouvez faire : que vous fassiez partie du secteur financier ou non, nous vous donnons les outils pour agir au plus vite avec l’équipe au Luxembourg. Militer en ligne, devenir bénévole ou soutenir financièrement le projet de nos expert·es… choisissez un projet et passez enfin à l’action !

ACTION EN LIGNE : Soutenez notre pétition “fossil free pensions”

Saviez-vous que le Fonds de Pension investit l’argent de nos cotisations sociales dans les entreprises d’énergies fossiles les plus dévastatrices (Shell, BP, Total) : un risque économique et climatique que nous ne pouvons pas nous permettre ! Notre gouvernement doit prendre conscience que nous avons découvert ce qu’il fait de l’argent prélevé chaque mois de nos salaires. En signant cette pétition, exprimez votre refus de financer la crise climatique ! On vous raconte en détails ici