Être impliqué ×

Réactive

Dakar, Sénégal, 30 septembre 2020 – À travers la presse sénégalaise et gambienne, nous avons suivi l’incident qui a eu lieu au large des côtes du Sénégal, entre le navire de pêche industrielle «Soleil 7 » de  «Sénégal pêche» et une pirogue de pêche artisanale originaire de Mbour. Cet incident qui a causé des blessures à deux personnes, des dommages matériels (destruction des filets de la pirogue) et corporels selon un communiqué de la cellule de communication du ministère de la pêche et de l’économie maritime du Sénégal publié le dimanche, pose le problème de la délimitation des zones de pêche entre la pêche industrielle et la pêche artisanale. 

« Comme chaque citoyen sénégalais nous ressentons tous ces brûlures. Cette nouvelle tragédie montre les menaces réelles qu’une flotte industrielle de la pêche non maîtrisée fait peser sur les pêcheurs. Ces navires de pêches qui raclent nos océans, détruisent les filets des artisans, mettent le feu aux pirogues au risque d’attenter vie des pêcheurs viennent de franchir un nouveau pas, » a déclaré Abdoulaye Ndiaye, chargé de campagne à Greenpeace Afrique.

Ce navire, battant pavillon sénégalais aurait un équipage étranger, qui serait responsable des attaques contre la pirogue de pêche artisanale a déversé des produits corrosifs sur la pirogue des artisans. Dans le communiqué de presse du ministère, il est souligné que l’entreprise qui a la responsabilité du navire paiera tous les dommages matériels subis par le propriétaire de la pirogue ainsi que les frais médicaux du pêcheur blessé. Greenpeace Afrique s’attend à une enquête complète et à un renforcement du contrôle des navires de pêche.  Afin de trouver une solution définitive au  de la délimitation des zones de pêche, Greenpeace demande au gouvernement d’ouvrir en urgence  des consultations inclusives avec toutes les parties prenantes et d’intégrer les recommandations pertinentes, dans la législation en vigueur (loi 2015/18 sur le code de la pêche maritime).

FIN

Contact: