Kinshasa, le 23 septembre 2019– Le Président de la République démocratique du Congo (RDC) Félix Tshisekedi a parlé aujourd’hui (lundi) au Sommet de l’action pour le climat convoqué par le Secrétaire général des Nations Unies de la valeur stratégique de la forêt tropicale du bassin du Congo,  de ses vastes réservoirs de tourbières et de son rôle crucial à stocker les émissions mondiales de carbone. Greenpeace Africa appelle le Président Tshisekedi à traduire ses ambitions pour la forêt en actions concrètes: en annulant toutes les concessions forestières illégales et plus particulièrement en déclarant les tourbières une zone interdite à toute activité industrielle.

«Le Président Tshisekedi a impressionné les bailleurs internationaux à New York avec une grande maîtrise de la science du climat et du rôle des forêts tropicales d’Afrique . Dès demain à Kinshasa, les Congolais s’attendent à des mesures robustes », a déclaré Irene Wabiwa Betoko, Responsable senior de la campagne forêt  à Greenpeace Afrique. «Le nouveau gouvernement doit immédiatement annuler toute nouvelle activité industrielle dans la forêt de la RDC et mettre fin à l’exploitation forestière illégale qui y est généralisée. Il doit en outre reconnaître que la clé d’une véritable protection des forêts et du développement national repose sur les communautés forestières – et non sur les multinationales d’exploitation », a conclu Wabiwa Betoko.

 

Contact pour des interviews et plus d’informations:

Irène Wabiwa Betoko, Responsable Senior de la Campagne Forêt, Greenpeace Afrique
irene.wabiwa@greenpeace.org,
+243 976756102 


Tal Harris
, Coordinateur International de Communication
tal.harris@greenpeace.org,
+221 776730496


Newsdesk Greenpeace Africa:
nafrica@greenpeace.org