L’ONDRAF, l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies, a lancé aujourd’hui une consultation publique sur le projet d’enfouissement dans notre pays de déchets nucléaires hautement radioactifs à long terme. Cette consultation publique est une mascarade. Le plan de l’ONDRAF ne dit, ni où, ni quand, ni comment les déchets nucléaires seront enterrés. De plus, les mesures Covid-19 empêchent une consultation publique approfondie et transparente.

Je m’inscris à la newsletter

L’ONDRAF propose de stocker en profondeur, quelque part sur le territoire belge, les déchets hautement radioactifs à long terme. Il essaie de présenter ce concept de stockage géologique comme une norme internationalement acceptée et tente de convaincre la population que la recherche est déjà bien avancée.

Enfouissement des déchets nucléaires: une enquête publique ridicule

Pas de réponse

Le plan qui est actuellement sur la table manque de données importantes telles que la profondeur de la couche de sol ou l’emplacement précis. Il ne répond pas non plus, entre autres, aux objections cruciales de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN).

Au cours des 40 dernières années, l’ONDRAF a uniquement mené des recherches sur le stockage géologique dans la couche d’argile de Boom. Cependant, cela n’a pas encore abouti à un concept abouti et sûr pour le stockage géologique. Il n’y a même pas de proposition concrète sur les endroits où l’argent de la recherche devrait être investi dans les prochaines décennies.

Une consultation qui convient à Engie-Electrabel

Cette consultation de façade convient en réalité à une seule partie : Engie-Electrabel. Comme l’ONDRAF l’a déjà indiqué auparavant, cela risque de coûter très cher, beaucoup plus cher, si par exemple il est nécessaire de creuser dans une couche d’argile plus profonde. En laissant traîner les choses pendant des décennies, Engie-Electrabel risque bien d’échapper à sa responsabilité financière historique.

Le citoyen doit vraiment avoir son mot à dire

Enfin, il est intolérable que l’ONDRAF organise cette consultation en plein confinement. Les administrations fonctionnent au ralenti et les possibilités pour la population de participer à l’enquête publique sont limitées. Même pour des organes tels que le conseil fédéral du développement durable ou l’AFCN, les temps sont difficiles. 

L’ONDRAF devrait tout au moins organiser une série de discussions en ligne au cours desquelles il expose ses projets, et offre l’occasion au public de poser des questions à des collaborateurs de l’ONDRAF ou à des indépendants. C’est là la moindre des choses qu’il puisse faire sachant qu’on parle ici d’un dossier qui pourrait avoir des conséquences pendant des centaines de milliers d’années. 

Je m’inscris à la newsletter Je partage sur Facebook Je partage sur Twitter Je partage sur Whatsapp
Facebook Facebook Instagram Instagram Twitter Twitter YouTube YouTube
Suivez l’actualité de nos campagnes !

Comme 20 millions d’internautes dans le monde, abonnez-vous gratuitement à nos e-mails.

J'agis