J'agis

Aura-t-on à manger demain? Les agriculteurs vont-ils continuer à produire suffisamment de  nourriture? Les supermarchés vont-ils fermer bientôt? 

La crise sanitaire que nous connaissons en ce moment a inévitablement des répercussions sur notre consommation alimentaire. Pour éviter la ruée vers les supermarchés (et les files à l’entrée), certains d’entre nous préfèrent se tourner vers les producteurs locaux pour faire leurs courses. Et c’est une excellente chose!

Les mesures de confinement imposées en Belgique nous impactent toutes et tous et provoquent inévitablement des préoccupations, rationnelles ou pas. Une chose semble claire: l’incertitude qui pèse sur les marchés internationaux et les échanges commerciaux nous poussent plus que jamais à encourager un système alimentaire autonome et capable de supporter les crises, qu’elles soient sanitaire, économique ou climatique. Les importations de fruits et légumes frais en provenance de certains pays stagnent et l’on constate une pénurie de travailleurs saisonniers pour les cultures belges. La récolte des asperges ou des fraises est notamment compromise. 

Mais il y a une bonne nouvelle! Des producteurs et des commerçants sont déjà en train de construire un nouveau modèle chez nous! Ils tentent de produire le plus possible en autonomie, en se passant au maximum de matières premières venant de l’étranger et en utilisant au mieux nos prairies et nos produits.  Ils tentent se faisant de s’affranchir des diktats des marchés internationaux, en construisant des filières et des circuits-courts.

Il existe un nombre toujours plus important de producteurs et de commerçants proches de chez nous, qui font la promotion de nos productions locales et durables. 

OK, c’est vrai, on n’a pas toujours le temps de fouiller sur le web ou de se déplacer à une ferme, surtout si on habite en ville. Voici une petit liste d’idées pour vous faciliter la démarche: 

  1. Envie d’aller acheter directement à la ferme?
    1. Nos collègues de Nature & Progrès viennent de publier une nouvelle carte qui localisent tous les producteurs bio avec lesquels ils travaillent. Très pratique: on peut trier les infos par province, identifier directement les producteurs qui vendent à la ferme ou choisir selon le type de produit recherché (viande, fruits et légumes, farine, etc.). Les infos détaillées sur tous les producteurs impliqués sont ici! La page Facebook de Nature & Progrès vous tient au courant et partage régulièrement des portraits de ces producteurs.
    2. Le syndicat agricole paysan FUGEA  met actuellement en avant ses d’agricult.rice.eur.s membres qui vendent en circuit court.  La blanche ferme d’Hugues Falys, par exemple, lui même porte-parole de la FUGEA, est située à Lessines dans le Hainaut. Il y produit principalement des bovins de race Charolaise, défendant l’autonomie fourragère, le bio et le local. La ferme dispose d’un magasin regroupant également les produits de plus de 30 artisans et producteurs de la région. Les infos sont publiées sur Facebook et rassemblées sur leur site internet.
  2. Envie de trouver un point de vente bio près de chez vous?
    1. Biowallonie met en ligne une liste de 361 points de vente bio en Wallonie et à Bruxelles, dont certains sont également des ventes directes par les producteurs. On peut filtrer la recherche par ville, code postal, province,  produits ou type de producteur. 
    2. Malgré le “lockdown”, l’achat de produits locaux et de saison en vente directe, notamment via des “paniers » est toujours possible. Avec la suspension des marchés, c’est parfois le seul débouché rémunérateur pour des petits producteurs. Le Réseau des GASAP (groupe d’achats solidaires de l’agriculture paysanne) vous offre sur son site une carte des groupes déjà constitués et vous explique comment ça marche. La Coopérative Agricovert propose également des paniers bio sur son site internet.
    3. Manger Local!” souhaite faire connaître et soutenir les producteurs artisanaux et les mettre en lien avec les consommateurs locaux. On peut également y trouver de nombreux artisans bio ou en conversion, via leur site ou leur application pour mobile à télécharger.
    4. Et connaissez-vous Open Food Network, un réseau d’acteurs pour un système alimentaire plus juste, respectueux de l’humain et de la planète ?
  3. Envie de donner un coup de main? Les GASAP fonctionnent aussi avec l’aide de consommateur-bénévoles. N’hésitez pas à les contacter.

Nous avons devant nous des solutions concrètes pour une alimentation saine et solidaire, en faveur d’une agriculture plus autonome.

Il y a peut-être une autre initiative dans votre région que vous aimeriez partager avec nous? Faites-le via notre page des bonnes idées. Qui sait, nous l’ajouterons peut-être ici.

On vous le disait, la solution pour consommer mieux et aider les producteurs locaux c’est nous!